Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 08:55

Si j'écris cette lettre, si je la publie, c'est pour dire à tes tortionnaires combien tu aurais mérité d'être aimé et soigné, de vivre et d'être heureux ! Qu'ils aillent en enfer, c'est le seul paradis qu'ils méritent !

 

PETITION POUR BRUJO A SIGNER SUR MESOPINIONS.COM

 

 

BRUJO, UN GALGO DE TROP ! UNE TORTURE DE TROP ! UNE MORT DE TROP !

Galgo Brujo, ton regard me hante la nuit. Regard à la douceur d’agneau, regard d’une vie trop vite enfuie dans les pleurs inaudibles, la souffrance indicible.

Galgo Brujo, ton regard me hante le jour, quand le flot des horreurs inonde la toile de nos candeurs. Regard que l’ombre envahit, regard d’une vie trop vite embrasée dans l’enfer de la cruauté.

Toi, galgo Brujo, évanescent d’une lumineuse innocence, sans un voile de noirceur, vêtu d’un souffle de douceur, dont les monstres se sont saisis pour incendier l’âme d’ange que tu es et seras à jamais.

Tu es, Brujo, le galgo de trop, dont les tortionnaires ne seront jamais pris, ne seront jamais punis car tu n’étais à leurs yeux même pas un chien, comme aux yeux de ton pays. Tu étais, déjà en naissant, condamné à être un fantôme errant, une torche ardente embrasée par des démons sans humanité.

Espagne de la honte ! Espagne de la terreur ! Toi, l’orgueilleuse Hispanie, quand vas-tu te réveiller ? Quand vas-tu sortir du néant de la mort que tu donnes en exemple à tes enfants ? Est-ce vraiment l’avenir que tu veux leur offrir ? Veux-tu en faire des êtres arriérés, enragés, ivres de l’agonie des taureaux, du calvaire des galgos, ivres du sang des morts vivants ? Tes enfants ne méritent-ils pas mieux ?

Brujo, tu es le galgo de trop dont la vie se retire tout doucement sans maudire ceux qui t’ont tant fait souffrir.

Ton œil sonde mon âme qui souffre avec toi, si douce créature, par delà la révolte et le mépris, le dégoût de la barbarie, les stigmates de ta torture.

Tu te refermes sur ta douleur qui t’enferme dans l’horreur, en silence comme un diamant brut caché dans son écrin souterrain, tout en rond comme un fœtus qui retourne à d’autres utérus, un souffle d’air à d’autres rives, d’autres vents  marins, comme un lotus qui sent la nuit de sa vie arriver car le soleil l’a abandonné. Tu attends la noire faucheuse, la conjure de s’éloigner. Elle reste sourde à tes suppliques, sa pitié ne va qu’aux ossements, aux reliques.

Ton expir s’enlise dans les vagues de cruauté que tes assassins ont sur toi déversées, dans les flammes où frissonne ta peau crépitant dans le rire des bourreaux.

Où sont passées ton élégance, ta beauté, ta flamboyance ? Consumées en mille lambeaux par le feu de l’homme démoniaque, de Lucifer le suppôt.

Espagne de l’animal martyre, Espagne des horreurs ! Eveille-toi avant que sur toi ne s’abattent les sept plaies d’Egypte. Tu piétines le sang des galgos et des taureaux pour assouvir tes barbares réjouissances, tes agapes avilissantes. Un jour, cet océan de douleur fera surface, réclamant justice en surgissant des sépulcres et des cryptes.

BRUJO, UNE TORTURE DE TROP !

Où sont les rois, les juges, les gardes ?

Où sont ceux qui guident le Peuple pour lui enseigner l’ordre et le respect ?

Où étaient-ils lorsque tes tortionnaires sont venus t’enlever pour te jeter, pattes liées, dans les flammes de l’immonde brasier ?

Brujo, je t’offre mon cœur lacéré, je t’offre mes mots déchirés, je t’offre ma croix écartelée.

Parle assez haut par ma  voix pour dire à ton roi : BASTA YA !

Je ne maudis jamais car la haine attise la haine mais la colère en cet instant ronge mon être. J’accuse ton roi qui ferme les yeux devant les légions d’âmes sacrifiées à la monstruosité.

BRUJO, UNE MORT DE TROP !

La douceur de ton regard a mis mon âme à jour pour y déposer une lueur d’humanité. Mais aucune pitié n’apaisera ce soir mon besoin de hurler !

Je hurle à ta face, Felipe ! Comment peux-tu être fier, dans tes ors et tes médailles, tes palais et leurs ferrures, de ton armée des ombres, de tes légions d’ordures ? Grâce à ton silence, ta complicité, chaque année ils torturent l’innocence de milliers d’âmes sans défense. Ta lâcheté n’a d’égale que ton indifférence ! Ton orgueil n’a d’égal que ces milliers de cercueils précipités dans l’invisible, pleins de dépouilles animales qui ne seront jamais honorées, jamais pleurées, jamais enterrées. Que ton âme soit maudite pour la terreur qui les habite, les étouffe, les délite ! Sois maudit pour les horreurs que tu permets, comme ton père qui chassait l’éléphant tout en sachant que l’espère s’éteint doucement ! Honte à vous et à tous ceux qui vous adulent, aussi couards et serviles que la Cour d’un souverain vaudeville !

Chaque gémissement des animaux torturés, un jour, vous le vomirez !

Chaque larme versée par les innocents sacrifiés, un jour, toi et tes serviteurs la pleurerez en flots de sang vous étouffant. Chaque gémissement  susurré, un jour, toi et tes armées de la mort l’exhalerez en tempêtes sauvages qui enfouiront, pour le purifier, le sol que vous pourrissez avec les dépouilles déliquescentes des galgos que vous pendez !

Tu laisses faire les tortionnaires, tu les nourris, tu les dérobes à la justice de ton pays et pour cela je te maudis. Je te maudis pour Brujo, le galgo de trop !

Je maudis tes âmes lucifériennes qui se cachent derrière les traditions que tu protèges par ta constitution. Je maudis les enquêtes jamais commencées, les procès toujours avortés. Je maudis les tueurs, les dépeceurs !

Brujo, tu es le galgo de trop ! Je chute dans la mort avec toi. La noirceur envahit mon esprit et mon cœur. Soudain, tel Lazare, tu t’échappes de ton cerceuil de douleur, tu t’élèves dans la lumière resplendissante. Je te suis, je gambade avec toi sur le Pont Arc en Ciel, je te regarde t’approcher de tes frères lévriers, à l’aura éblouissante, comme toi un temps sacrifiés par la lie de l’Humanité. Je suis ton ascension dans les nuées. Les cohortes d’êtres ailés t’accueillent pour mettre du baume sur tes plaies. Puisses-tu enfin trouver la paix ! La mienne ne reviendra jamais !

JUSTICE POUR TOI, BRUJO, LE PAUVRE PETIT GALGO DE TROP !

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/justice-brujo-stop-aux-tortionnaires-animaux/28094

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/justice-brujo-stop-aux-tortionnaires-animaux/28094

Partager cet article

Repost 0
Published by Unanima
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Unanimus, une Âme, un Choeur pour les Animaux
  • Unanimus, une Âme, un Choeur pour les Animaux
  • : Contre l'invasion des monstres à face humaine. Violence = enfant en danger.
  • Contact

Profil

  • Unanima
  • Nada ! rien de particulier... 
 juste raz le bol des atrocités et de la lâcheté ! Basta !
 L'indifférence s'appelle complicité.
  • Nada ! rien de particulier... juste raz le bol des atrocités et de la lâcheté ! Basta ! L'indifférence s'appelle complicité.

Recherche Mot/thème