Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 23:52
Cliquez ici ! GALGOS ou le "no problemo" espagnol
   
     
 mettez le son
Lewis seul survivant d'une portée,  galguito blessé  était livré  à lui-même et  destiné à mourir.  Dans la rue comme d'autres subissant  la faim, la peur, le froid ou la chaleur, la maltraitance,  caillassage des enfants  et adultes, insultes.  En  proie aux  maladies et aux  accidents de la route  provoqués ou  non  car un galgo vaut exactement : RIEN. Pour les autorités espagnoles, la réponse à ce drame est : "no problemo" !!
Dans les mentalités des siècles passés qui perdurent, ce n'est pas un chien. Pas un animal de compagnie. C'est un outil. Un esclave. Un paria. Un moins que rien.  Et pourtant, ce sont des lévriers doux, merveilleux compagnons  attachants venus de l'Antiquité égypienne où ils étaient vénérés. 
Ils sont bien plus de 50 000 chaque année en fin de saison de chasse. Les noirs et les croisés sont encore plus haïs. C'est ça l'Espagne du XXIème siècle. Tourisme basta !!
Par chance, Lewis a  été sauvé par les âmes dévouées de la protection animale espagnole et âgé de quelques mois à peine, il avait déjà une fracture de la hanche et une plaie béante à la cuisse...
De nombreuses interventions vétérinaires sont  nécessaires  pour  donner à ce pauvre toutou  soins,  dignité et confiance en l'humain, de manière à  le rendre adoptable dans une autre vie. 
Une vie d'amour inespérée. La vôtre peut-être ?
     

Pour toute information, agir et connaître la réalité espagnole des chiens de chasse, galgos pendacos croisés et autres,

Visitez le site et contactez :

GALGOS ETHIQUE EUROPE
7, rue Tour de Ville
11120 Bize Minervois
Tel. : 09 64 28 11 23

Site Internet : www.galgos-ethique-europe.eu    

 
Ames sensibles, le "no problemo" de l'Espagne c'est ça :
 Sauver des animaux, notre engagement au quotidien  
A l'ombre des oliviers dont vous allez peut-être manger les fruits...
Cela n'est pas sans nous rappeler le poème "Strange Fruit" chanté par l'immortelle Billie Holiday. Ces fruits étranges pendus étaient les parias de l'Amérique sans droits civiques. Les chasseurs étaient blancs, eux n'étaient pas des hommes ils étaient noirs de peau... 
Les arbres du Sud portent un étrange fruit,
Du sang sur les feuilles et du sang aux racines,
Un corps noir qui se balance dans la brise du Sud,
Étrange fruit suspendu aux peupliers... (extrait)
Merci beaucoup de votre participation et partage des liens. Bien amicalement, Unanimât

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joëlle 22/06/2011 23:06



Depuis très récemment je connais, un peu, cet énorme problème des galgos et autres podencos espagnols. Tous ces mauvais traitements, cette indifférence à la souffrance d'êtres innocents me
laissent dans un état désespéré. Ce petit poème de 4 lignes résume bien toute cette misère. Merci d'en parler et d'en parler encore et toujours. Trop peu de personnes sont au courant de cette
barbarie espagnole.



Unanimât 22/06/2011 23:30



Merci beaucoup Joëlle. La France ne connaît pas encore bien le drame de ces chiens de chasse. C'est en agissant qu'on se console énormément même si on ne peut les sauver tous. Leur plus
belle revanche c'est la vie. Comme Esperanza, jetée à la poubelle avec juste un souffle de vie. Bien amicalement, 



Mamounette 22/06/2011 19:44



Je fais suivre sur mon blog et mon profil facebook. Il faut qu'un maximum de personnes soit informé de ces horreurs qui dépassent l'entendement.


Belle soirée


Annie



Unanimât 22/06/2011 19:46



Oui et merci beaucoup Mamounette. Bien amicalement,



Présentation

  • : Unanimus, une Âme, un Choeur pour les Animaux
  • Unanimus, une Âme, un Choeur pour les Animaux
  • : Contre l'invasion des monstres à face humaine. Violence = enfant en danger.
  • Contact

Profil

  • Unanima
  • Nada ! rien de particulier... 
 juste raz le bol des atrocités et de la lâcheté ! Basta !
 L'indifférence s'appelle complicité.
  • Nada ! rien de particulier... juste raz le bol des atrocités et de la lâcheté ! Basta ! L'indifférence s'appelle complicité.

Recherche Mot/thème