Mercredi 26 novembre 2014 3 26 /11 /Nov /2014 09:51

Que de cruauté inutile ! L'homme finit, pour un simple plaisir, à être plus brute que la plus sauvage des bêtes !

 

CHIENS COURSANT DES SANGLIERS DANS UN ENCLOS.

 

Signé et partagé... Merci d'en faire autant, merci pour eux.
Par Unanima - Publié dans : Actions Pétitions Urgentes - Communauté : amis animaux et anticorrida
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 25 novembre 2014 2 25 /11 /Nov /2014 16:39

Reçu destopvivisection@stopvivisection.eu

Présentation à la Commission Européenne le 26 Novembre prochain.

 

 
 
 
Facebook icon     Forward icon  
 
 
 
 

Press conference STOP VIVISECTION at the European Parliament

The European Citizens’ Initiative “STOP VIVISECTION” has collected 1,170,326 certified signatures which will be presented to the European Commission in conjunction with the Press Conference to be held at the European Parliament in Strasbourg on Wednesday, 26th November, 2014, at 14:00 o’clock.

Certified by the national authorities of all the EU member states, these signatures testify to the strong will of European citizens, and many of their politicians, to put an end to animal testing and to replace it with scientifically based biomedical research, with a view to effectively addressing, on a global scale, the urgent needs of human health in relation to the risks of chemicals.

During the press conference, representatives of the Scientific Committee of Stop Vivisection (*) will explain the scientific and the economic background to this very successful European Citizens' Initiative. This will include the details of the health issues that affect all of us.

Convened by the Members of Parliament Fabio Massimo Castaldo and Michele Rivasi, the press conference will present scientific documents relevant to the issue of animal testing and to the need to use non-animal replacement methods like tiered testing strategy, which are by far more reliable and relevant for the human species, as much as faster and cheaper, allowing thus scientific progress to happen in biomedical research.

Also to be explained are the next steps of the Initiative.

The conference will be in the Press conference room of the Parliament. It will begin at 14:00 a.m. and last for 30 minutes.

 

*

André Ménache (United Kingdom)

Zoologist and veterinary surgeon, director general of Antidote Europe.

Claude Reiss (France)

Physician and cellular biologist, Laboratory Director for 30 years at CNRS of Paris and at Jacques Monod Institute, professor at the University Of Lille, president of Antidote Europe.

Gianni Tamino (Italy)

Professor of biology at the University of Padua, former member of the European and of the Italian Parliaments, president of EQUIVITA Scientific Committee.

Par Unanima
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 22 novembre 2014 6 22 /11 /Nov /2014 15:51

VOLTAIRE : Les animaux ne sont pas des machines

Extrait du Discours philosophie, "les Bêtes", 1764

 

AURELIO FLOREZ TORO E SANGRE

« Quelle pitié, quelle pauvreté d’avoir dit que les bêtes sont des machines privées de connaissance et de sentiment, qui font toujours leurs opérations de la même manière, qui n’apprennent ni ne se perfectionnent en rien. Quoi ? Cet oiseau qui fait son nid en demi-cercle quand il l’attache à un mur, qui bâtit en quart de cercle quand il est dans un angle, et en cercle quand il est dans un arbre ? Cet oiseau fait tout de la même façon ? Ce chien de chasse que tu as discipliné pendant trois mois n’en sait-il pas plus au bout de ce temps qu’il n’en savait avant tes leçons ? Le serin à qui tu apprends un air  le répète-t-il dans l’instant ? N’emploies-tu pas un temps considérable à l’enseigner ? N’as-tu pas vu qu’il se méprend et qu’il se corrige ? (…) Porte le même jugement sur ce chien qui a perdu son maître, qui l’a cherché dans tous les chemins avec des crix douloureux, qui entre dans la maison, agité, inquiet, qui descend, qui monte, va de chambre en chambre, qui trouve enfin dans son cabinet son maître qu’il aime, et qu’il lui  témoigne sa joie par la douceur de ses cris, par ses sauts, par ses caresses. Des Barbares saisissent ce chien qui l’emporte si prodigieusement sur l’homme en amitié, ils le clouent sur une table et le dissèquent vivant pour te montrer les veines mésaraiques. Tu découvres en lui tous les mêmes organes du sentiment qui sont dans toi. Réponds-moi, machiniste, la nature a-t-elle arrangé tous les ressorts du sentiment, afin qu’il ne sente pas ? A-t-il des nerfs pour être impassible ? Ne suppose point cette impertinente contradiction dans la nature. »

Dictionnaire philosophique, Article « Bêtes », 1764

Par Unanima - Publié dans : Citations - Communauté : amis animaux et anticorrida
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 22 novembre 2014 6 22 /11 /Nov /2014 10:37

 

CHASSE AVEC LES GALGOS AU P.C.I. DE L’UNESCO

 

SIGNEZ, DIIFFUSEZ, SVP. Les Galgos ont besoin de nous ! Agissons à titre préventif contre l'inscription de la chasse avec les Galgos au Patrimoine Culturel Immatériel de l'UNESCO.

 

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Irina_BOKOVA_Directrice_Generale_UNESCO_Contre_linscription_au_PCI_de_la_chasse_avec_les_levriers_en_Espagne/

bannière avaaz

 

Quelques précisions à l'intention de ceux qui se gaussent de cette pétition :

 

COURRIER UNESCO publié sur un site de défense des Lévriers

http://www.levriers-en-detresse.org/?p=8712

 

A lire attentivement, ainsi que les commentaires « esperpentiques » à ceux qui se sentent concernés par la souffrance endurée par les Galgos…

 

Il n’est pas besoin de s’attarder de longues heures sur ce courrier et sur les arguments avancés par les détracteurs de notre pétition « contre la chasse avec les Galgos au P.C.I. de l’UNESCO » adressée à Madame Irina BOKOVA, directrice générale de l’UNESCO.

 

Dans le titre de cette page « la vérité, rien que la vérité » et ses commentaires « esperpentiques » (du catalan « esperpentico »…), un esprit tordu pourrait entendre que nous sommes ignorants, pire, que nous avons trompé notre monde en rédigeant cette pétition. Un esprit à l’intelligence fulgurante a même avancé que notre seul but était d’en retirer un grand nombre d’emails pour faire notre promotion. Raison pour laquelle nous avons tenu à apporter à  nos adhérents, sympathisants et aux 54.000 personnes qui ont signé cette pétition à travers l’Europe, quelques précisions. Elles sont également destinées à ceux qui, de toute évidence, n'ont pas une perception claire de la différence entre passé, présent et futur.

 

 

Notre perception du monde est basée sur deux « fonctions » principales et communément admises, LE TEMPS ET L’ESPACE. Nos actions en tiennent compte.

 

LE TEMPS

 

Ce courrier UNESCO publié sur LEVRIERS EN DETRESSE assure-t-il que la chasse avec les Galgos ne sera pas soumise par le royaume d’Espagne pour inscription au P.C.I. de l’UNESCO ? Tout un chacun peut noter le « jusqu’à présent »… Cela garantit-il qu’il en sera de même dans le futur ? Que nenni !

 

Avons-nous dans notre pétition affirmé que cet élément avait déjà été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO ? Que nenni !

 

Nous n’avons eu nul besoin d’attendre ce courrier de l’UNESCO pour savoir qu’une étape préliminaire d’inscription sur les listes nationales marquant aval de l’Etat membre s’avérait nécessaire. Nous l’avons expliqué clairement à plusieurs reprises.

 

Qui peut garantir que cette étape d’inscription sur les listes du P.C.I. espagnol ne sera pas demandée par les Galgueros et l’état espagnol à l’avenir ? Les Galgueros ont eux-mêmes annoncé leur intention de demander cette inscription. Ils visent à n’en pas douter cette inscription, ils l’ont clairement signifié dans un courrier que les rédacteurs de cette page esperpentique et leurs commentateurs éclairés auraient pu prendre la peine de lire s’ils étaient vraiment concernés par le devenir des Galgos en Espagne. Nous connaissons leur passé, nous connaissons leur présent mais Quid de leur avenir si une telle inscription au P.C.I. de l’Espagne (niveau national) et de l’Unesco (P.C.I. de l’Humanité au niveau mondial) se réalise ?

 

Relisez donc, Mesdames et Messieurs dont cette publication n’a qu’un but, décrédibiliser notre pétition, le document édité par les Galgueros eux-mêmes. Elevez donc un peu le débat en vous documentant tant soit peu à la source, le site de l'UNESCO, et en analysant avec un esprit ouvert ce qui vous est écrit clairement. Ce courrier qui se veut rassurant évoque les paliers nécessaires pour rendre cette inscription plausible et possible. Ne confondez donc pas la carte et le terrain, l’arbre et la forêt, apprenez à analyser et à chercher à comprendre au lieu de juger négativement les actions lancées par d’autres associations. Ce n’est pas en les traitant de « groupuscules » illuminés et en les décrédibilisant que vous gagnez en crédibilité.

 

L’ESPACE

Les Galgueros ne sont pas plus stupides que les Taurins qui au niveau mondial ont un rêve et y mettent le « paquet » pour qu’un jour il devienne réalité : l’inscription de la tauromachie et donc de son apothéose, la corrida, au P.C.I. mondial de l’UNESCO. Il suffira pour cela, comme l’a fait la France, d’attendre le gouvernement et le ministre opportun pour inscrire sur les listes du P.C.I. de la France la torture corridesque camouflée sous la tradition tauromachique dans son ensemble. Les Taurins français prévenaient, personne n’y croyait, même pas une certaine fédération à laquelle à l’époque GEE adhérait et qui n’a pas bougé jusqu’à ce que l’inscription de la tauromachie au patrimoine français soit annoncée ! Nous avons écrit à ce moment-là contre cette inscription inique. Et vous qui êtes maintenant à glousser et caqueter, où étiez-vous alors ? La vie d’un animal n’en vaut-elle pas une autre ? Nous avons reçu des réponses de l’UNESCO, nous les avons publiées en 2011, nous les avons analysées et en avons tiré les conclusions qui s’imposaient. Nous sommes donc moins crédules que vous lorsque nous recevons un courrier qui, prétendant vous rassurer, vous annonce bonnement une possibilité.

 

Notre pétition a été signée par 54.000 personnes à ce jour à travers le Monde. Sont-elles à traiter avec autant de mépris, elles qui se sont mobilisées car elles ont bien compris le danger de l’annonce des Galgueros, de leur intention de faire inscrire la chasse avec les Galgos au P.C.I. de l’UNESCO ? A savoir qu’ils ne sont pas plus idiots que d’autres, ils ont des avocats internationaux, ils savent très bien qu’ils ont le soutien de la royauté et de la noblesse espagnoles qui, elles, sont en délégation permanente auprès de l’UNESCO. Nier cette réalité, refuser d’analyser globalement une situation et en profiter pour « taper » sur les « groupuscules » illuminés de la P.A. Galgos qui eux, ont tenté de prévenir, ont une action préventive n’est pas à votre avantage.

 

De plus, la chasse avec les Galgos se pratique dans d’autres pays, sur d’autres continents. Qui peut assurer qu’une alliance ne se prépare pas pour cette reconnaissance, comme pour la corrida ?

 

Cette lettre est bien émise par l’UNESCO. Et alors ? Lorsqu’on l’analyse avec l’expérience de ce genre de réponse, on ne se laisse pas prendre par les évidences. Cette lettre n’est qu’une « transposition » de la lettre qui nous a été adressée en 2011 au moment de l’inscription de la tauromachie au P.C.I. de la France et elle n’empêchera rien du tout. Une simple visite sur « Directives opérationnelles pour la mise en œuvre de la Convention pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel » et son analyse aurait évité l’envoi de deux timbres mais aurait privé son auteur des délices de son esprit vengeur !

 

Il suffisait de se documenter pour avoir des idées précises sur la marche à suivre : il y a en préliminaire une inscription au P.C.I. national. Toutes les personnes un peu documentées sur le sujet le savent. Il suffisait de s’informer en étudiant par exemple les critères pour l’inscription sur la liste du P.C.I. de l’Humanité tel que définis par l’UNESCO pour réaliser que le pire pour les défenseurs des Lévriers est malheureusement possible.

 

La lettre n’affirme pas que la chasse avec les Galgos ne sera jamais inscrite au P.C.I. de l’UNESCO. En bref, elle donne l’assurance de ce qui est, à savoir que rien ne peut être inscrit au P.C.I. de l’Humanité de l’UNESCO sans sa reconnaissance au niveau national et sans l’aval d’un comité intergouvernemental. Comme nous l’avons dit plus  haut, garantit-elle qu’une inscription de la chasse avec les Galgos au P.C.I. national et mondial est impossible ? Que nenni !

 

CRITERES D’INSCRIPTION

« Dans les dossiers de candidature,  il est demandé aux Etats parties soumissionnaires de démontrer qu’un élément proposé pour l’inscription sur la liste représentative du P.C.I. de l’Humanité (niveau UNESCO mondial) répond à l’ensemble des critères suivants :

R1 élément constitutif du patrimoine culturel immatériel tel que défini à l’article 2 de la Convention

R2 l’inscription du dit élément contribuera à assurer la visibilité, la prise de conscience de l’importance du P.C.I. et à favoriser le dialogue, reflétant ainsi la diversité culturelle du Monde entier et témoignant de la créativité humaine.
Allez donc demander aux Galgueros s’ils favorisent le dialogue et si la chasse avec les Galgos reflète la diversité culturelle en témoignant de la créativité humaine ! Pensez-vous qu’ils vous répondront NON ?

R3 mettre en œuvre des mesures de sauvegarde qui permettent ou pourraient permettre de protéger et de promouvoir l’élément proposé.

Posons donc la question aux Galgueros, avec toutes leurs fédérations de chasseurs qui avancent toujours le même argument : ils participent à la sauvegarde de la Nature, les Galgos, la chasse font partie de leur mémoire, ils soignent bien leurs superbes animaux… Cf. « Que les Euro Députés viennent, nous leur montrerons nos magnifiques Galgos. » etc.

CRITERE P2 Le programme, le projet ou l’activité aide à la coordination des efforts de sauvegarde du P.C.I. au niveau régional, sous-régional et/ou international.

P5  P6 « mettre en œuvre de meilleures pratiques si leur programme, leur projet ou leur activité est sélectionnée ». Quel galguero va dire clairement : NON, je n’améliorerai pas le sort de mes Galgos ? C’est un refrain que nous connaissons bien.

Pour qui aime la lecture et a envie d’approfondir le problème comme je le fais à chaque fois que je lance un courrier officiel, surtout qu’il ne se gêne pas, le site de l’UNESCO détaille bien tout cela.

 

LE FINANCEMENT DE L’UNESCO, UNE PAILLE QUI VAUT SON PESANT D’OR

CONVENTION UNESCO P.C.I. – RECOLTE DES FONDS

 

Au fait, la récolte des fonds du P.C.I. Qui se pose la question ?

Le fonds du P.C.I. est constitué de dons. Parmi les donateurs : les pays, les communautés, les groupes, le cas échéant les individus, experts, centres d’expertise et instituts de recherche.

Même si nous ne sommes pas des organisations non gouvernementales accréditées, nous avons tout à fait le droit – et le devoir – en tant que simples citoyens, en tant que rassembleurs d’un groupe de personnes sensibles à la cause des lévriers, d’exprimer notre opinion auprès de l’UNESCO pour apporter une contradiction à ce qui sous le couvert est de toute évidence en train de se préparer au niveau national comme l’ont annoncé les Galgueros. Il est clair qu’après le discours d’intronisation du nouveau roi d’Espagne, une pression conjointe s’exercera dans ce sens au niveau national. Quand on connait le nom des représentants officiels de l’Espagne et le milieu dans lequel ils évoluent depuis des années, ils ne se gêneront pas pour déposer au moment opportun un dossier sur une activité qu’ils estiment tous faire partie de leurs traditions, étant sans doute pour beaucoup chasseurs de père en fils, issus de la noblesse « pur sang » où le galgo chasse à leurs côtés depuis des siècles. Pour mémoire, l’affaire de la chasse à l’éléphant de Juan Carlos !
Il  n’est qu’à regarder l’organigramme des représentants de l’Espagne auprès de l’UNESCO pour comprendre que ces premiers ne se gêneront pas pour présenter, avec leurs dons, au moment opportun, leurs demandes d’inscription. Nous connaissons les tentatives d’inscrire au niveau national
la ville de TORDESILLAS P.C.I. de l’Espagne, pour ne citer que cet exemple en complément de la corrida inscrite maintenant au P.C.I. de la France. TORDESILLAS, cela ne vous dit rien ? Histoire, culture, tradition, le Toro de la Vega, la corrida, cela ne vous gêne pas ?

 

Quant à ce « comité intergouvernemental », pour mémoire l’article de M. Lamassoure sur l’intersolidarité des Euro Députés, en résumé : vous nous laissez tranquilles avec nos subventions PAC aux éleveurs de taureaux Et vous, Euro Députés suédois, nous ne vous embêtons pas avec votre addiction au shit.» Ainsi va la vie en politique… A plus forte raison quand des millions d’euros sont en jeu.

 

REPRESENTANTS DE L’Espagne A L’UNESCO

Délégation permanente accréditée auprès de l'UNESCO

S. Exc. M. Juan Manuel DE BARANDICA Y LUXAN
Ambassadeur, Délégué permanent depuis Juillet 2012

Membre du Corps de la Noblesse de Madrid

Commission nationale pour l'UNESCO

Présidente d'honneur: S.A.R. la Infanta Doña Cristina de Borbón y Grecia

Doña Cristina Federica Victoria Antonia de la Santísima Trinidad de Borbón y Grecia, infante d’Espagne, duchesse de Palma de Majorque, née le 13 juin 1965 à Madrid, est la seconde fille du roi Juan Carlos et de la reine Sophie, et la sœur du nouveau roi Felipe VI et de l’infante Elena.

Elle a défrayé la chronique mondiale avec son mari. Nous pouvons logiquement penser qu’elle défend ardemment le sort des Galgos en Espagne, comme sa mère celui des Elephants en Afrique !

Président de la Commission nationale pour l’UNESCO : Sr. D. Luís Ramallo Massanet

CENTRES UNESCO EN Espagne

http://www.unescovalencia.org/multaqa09/participantes.html  (par communautés autonomes dont nous savons comment leurs têtes défendent les Galgos… comme la mairesse d’Albacete !)

DISCOURS D’INVESTITURE DE FELIPE VI

Dont le titre complet est le suivant : « Sa Majesté catholique Felipe (ou Philippe), roi d'Espagne, de Castille, de León, d'Aragon, des Deux-Siciles, de Jérusalem, de Navarre, de Grenade, de Tolède, de Valence, de Galice, de Majorque, de Minorque, de Séville, de Sardaigne, de Cordoue, de Corse, de Murcie, de Jaén, des Algarves, d'Algésiras, de Gibraltar, des îles Canaries, des Indes orientales et occidentales, de l'Inde et du continent océanien, de la terre ferme et des îles des mers océanes ; archiduc d'Autriche, duc de Bourgogne, de Brabant, du Milan, d'Athènes et de Néopatras ; comte de Habsbourg, des Flandres, du Tyrol, du Roussillon et de Barcelone ; seigneur de Biscaye et de Molina ; marquis d’Oristan et de Gozianos, etc. ; capitaine-général et chef suprême des Forces armées royales ; souverain grand-maître de l'ordre de la Toison d'or et des ordres dépendants de l'État espagnol. »

Déplairait-il au petit peuple d’Espagne en intervenant pour la non inscription au niveau national de la chasse avec les Galgos, chasse traditionnelle, qui bloquerait momentanément l’inscription au P.C.I. de l’Humanité ? Déplairait-il à la Cour espagnole dont la chasse avec les lévriers se pratique depuis le Moyen-Age ? Hautement improbable ! Dans le contexte historique, qui peut affirmer que cette chasse venant d’un lointain passé ne peut s’inscrire au patrimoine immatériel futur et mondial ?

D’ailleurs le discours d’investiture du nouveau roi fait nettement allusion aux traditions :

« La constitution espagnole protège les traditions et les différences culturelles… ». Discret message subliminal qui a largement de quoi rassurer les Galgueros et les Taurins, non ?

Le problème, ce ne sont pas les traditions, jusque que pour 50 à 60.000 Galgos par an, selon les associations espagnoles mieux renseignées que nous, elles sont accompagnées de maltraitances et de tortures.

Et oui, pour ceux qui ne voient que par le petit bout de leurs lorgnettes, en Europe et en Amérique du Sud, les pays taurins font pression ensemble pour arriver à obtenir la caution « morale » de l’UNESCO qui n’a aucun texte de protection des animaux dans sa convention P.C.I. Ils y trouveraient là l’aboutissement de décennies d’efforts qui s’exercent aux deux niveaux voulus, national et mondial et au niveau de l’UNESCO par la largesse des donsdes Etats parties qui en permettent la survie. Si une telle pression s’exerce pour la tauromachie, nul doute qu’elle peut s’exercer pour ce qui peut passer pour la petite sœur bien doucette de la corrida : la chasse avec les Galgos. On peut y pressentir tous les arguments lénifiants qu’opposent aux Anti Corrida les adeptes de la torture taurine pour le plaisir humain à travers la planète et par tous les pays taurins. Ça, c’était pour l’espace !

 

CONCLUSION

 

La vérité oui, pas la duperie ! Se servir d’un courrier pour taper, une nouvelle fois et en bloc, de préférence, sur les associations « groupuscules »…, sur une en particulier, la nôtre, chasse à la sorcière à la mode qui aurait de quoi nous intimider si nous étions des nouveaux arrivés dans la P.A., c’est indigne des Galgos ! Intervenir auprès de l’UNESCO contre l’inscription éventuelle de la chasse avec les Galgos eut été bien plus profitable à la cause et digne de cette grande association qui sur son site présente des Galgos à l’adoption tout en claironnant par ailleurs que seuls les Greyhounds sont de pure lignée. Pauvres Galgos !

 

Je n’irai pas plus avant, nous avons assez d’exemples sordides dans ce milieu ! Rien ne m’étonne plus, après les menaces de mort, les charognards « rampant » sur le Net la nuit, il manquait au tableau le bloc « anti pétition UNESCO contre la chasse avec les Galgos » ! Evidemment rejoint par Sieur Cocorico qui, après avoir tenté de récupérer sans effort notre manif au Trocadéro, officie la nuit sur Facebook pour en récupérer les amis et les participants ! Sans parler de son « avocate » de pacotille qui nous promet la Géhenne, la vindicte associative ! Une pitoyable chasse à courre avec une meute en délire atteignant un tel niveau d’incohérence que cela en devient cocasse ! Tout ceci serait du plus haut ridicule s’il n’y avait pas le drame des Galgos et leurs souffrances !

http://www.levriersansfrontiere.com/article-l-union-fait-la-force-114584187.html

http://www.levriersansfrontiere.com/article-le-charognard-du-net-une-nouvelle-espece-en-voie-d-apparition-124870359.html

 

Nous avons lancé cette pétition en nous basant sur une réflexion approfondie avec des experts de l’UNESCO, comme pour notre intervention pour la création d’un protocole additionnel que nous relancerons en 2015. 

Aux rédacteurs de cette page « esperpentique », employez donc votre temps plus utilement, au lieu de vous gausser des pétitions dont les « subtilités » vous échappent, incapables que vous êtes d’en percevoir la fonction d’anticipation !

 

Pour la petite conclusion et par respect pour les autres rédacteurs de la pétition contre la chasse avec les Galgos à l’UNESCO :

 

Pauvres Galgos sang mêlé ! Attaquer une pétition qui cherche à les protéger ! Triste que certains soient si peu enclins à les défendre ! Il est évident qu’il est plus porteur de se gausser, glousser, caqueter !

Nous livrer à la « vindicte associative » est indigne d’un humain et des Lévriers que nous prétendons défendre… Juste digne d’une meute de chiens enragés qui ne sont que le reflet de l’agressivité humaine, car le Docteur Pageat l’a dit clairement : « aucun chien n’est génétiquement agressif ».

 

En conclusion, nous renouvelons notre appel à signer cette pétition. Atteignons le plus grand nombre possible de signatures. Le courrier officiel à l’UNESCO est en cours de finition. Plus nous sommes nombreux à signer, plus l’UNESCO se souviendra, lorsque la demande d’inscription arrivera sur leur table, que nombreux sont les citoyens européens qui s’élèvent contre les maltraitances et les tortures que trop souvent elles recouvrent.  LA TRADITION, oui ! PAS LA TORTURE AU PATRIMOINE IMMATERIEL CULTUREL DE L’HUMANITE !

 

Et sachez, contrairement à un nouveau mensonge cocoricoté par celui qui « ment, diffame et divise les associations », que nous n’en retirons aucune liste d’emails qui nous permettrait de sortir de la catégorie « groupuscule illuminé » pour entrer dans celle des intervenants réguliers auprès du Parlement Européen, ce que nous sommes depuis le début de notre association.

  Par respect pour les autres organisations co-rédacteurs de cette pétition : 

La vérité, pas la tromperie.

La vérité, rien que la vérité, pas le Béni Oui Oui.

Un autre monde est-il possible pour les Galgos avec un tel état d'esprit ?

SIGNEZ, DIIFFUSEZ, SVP. Les Galgos ont besoin de nous ! Agissons à titre préventif contre l'inscription de la chasse avec les Galgos au Patrimoine Culturel Immatériel de l'UNESCO.

 

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Irina_BOKOVA_Directrice_Generale_UNESCO_Contre_linscription_au_PCI_de_la_chasse_avec_les_levriers_en_Espagne/

bannière avaaz

 

 

Joëlle Pellegrin Oldenbourg

présidente GALGOS ETHIQUE EUROPE

 

 

   

 

Par Unanima - Publié dans : Un Autre Monde est Possible - Communauté : GALGOS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 20 novembre 2014 4 20 /11 /Nov /2014 15:25

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-gran-familia-seville-operation-4-sterilisations-125036608.html

 

n Familia Seville, opération 4 stérilisations

Gran-familia-seville-operation-4-sterilisations-galgos-ethi.gif

GRAN FAMILIA OPERATION 4 STERILISATIONS

 

Nous aidons le refuge de GRAN FAMILIA, à Séville, depuis 3 ans maintenant. C’est un refuge qui va d'urgence  en urgence, avec deux cents animaux qui attendent d'être soignés, déparasités et stérilisés. Leurs Bénévoles sont très motivés et n’ont pas craint de reconstruire le refuge quand la municipalité  a décidé de les expulser.   

Nous les aidons comme nous aidons d’autres refuges ou associations espagnoles qui gèrent leurs compagnons à quatre pattes avec respect et amour. La plupart sont signataires de notre charte éthique et participent à nos actions européennes.

Nous avons lancé pour GRAN FAMILIA une campagne de déparasitage qui a été menée à bien grâce à vous.  Aujourd’hui, nous recevons un appel à l'aide pour la stérilisation de 4 Galgos, étape nécessaire à leur mise à l'adoption. GRAN FAMILIA a choisi de faire adopter ses animaux en Espagne, la seule exception qu’ils ont accepté de faire étant pour notre association. ANAHI, ARENA, EKKO et JENNY seront, après leur stérilisation, mis à l’adoption.

MONTANT TOTAL DES 4 STERILISATIONS : 797 EUROS.

Merci à tous nos amis donateurs et à l’équipe de GRAN FAMILIA pour leur confiance.
Vous pouvez envoyer vos chèques à notre siège social, rédigés au nom de GALGOS ETHIQUE EUROPE. Ils seront reversés intégralement à GRAN FAMILIA avec l’attestation du virement bancaire.

 

VIREMENT PAYPAL 

 

  https://www.paypalobjects.com/fr_FR/i/scr/pixel.gif

 

Si vous avez un compte PAYPAL, vous pouvez y entrer l'email de GEE :

galgos-ethique-europe@orange.fr https://www.paypalobjects.com/fr_FR/i/scr/pixel.gif

 

REGLEMENT PAR CHEQUE 

Indiquer "opération 4 stérilisations » au dos du chèque

et le renvoyer au siège de l’association. Merci.

GALGOS ETHIQUE EUROPE
7 rue Tour de Ville
11120 BIZE - MINERVOIS

 

VIREMENT BANCAIRE

Références à communiquer à votre banque

IBAN : FR76 1348 5008 0008 9107 5474 938

BIC : CEPAFRPP348

Ils sont sauvés, ce ne sont pas des cas d’urgence mais ils méritent d’être aidés. Merci pour eux !

Vous avec ci-dessous l’IBAN de GRAN FAMILIA si vous souhaitez faire un virement bancaire ou PAYPAL directement au refuge.

Banco Santander Central Hispano
PORTE GRANDE FAMILLE
0049 3502 32 2695515576
IBAN: ES55
BIC: BSCHESMM

CONCEPT: OPERATION 4 STERILISATIONS
PAYPAL:   contacto@granfamilia.org
 
http://granfamiliasevilla1.blogspot.com.es/
www.granfamilia.org          

http://perri-pienso.blogspot.com.es/

 

« La vie est une course ... ne pleure pas si la piste est rugueuse, l’objectif est lointain mais un jour il sera atteint. »

« La vida es una carrera...no llores si la pista es áspera y la meta distante.....un día la alcanzarás . » Gran Familia

« El perro es el único animal en el mundo que te ama más a ti que se ama a si mismo. »

« Le chien est l’unique animal au Monde qui t’aime plus qu’il ne s’aime lui-même. »

Nés pour souffrir ? Quand cela finira-t-il ?

Pour nous aider à mieux les aider,

ADOPTER UN GALGO OU UN PODENCO

Les Galgos à l’adoption

Les Podencos à l’adoption

Formulaire adoption

Par Unanima - Publié dans : Urgence Appel Dons Association - Communauté : GALGOS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 18 novembre 2014 2 18 /11 /Nov /2014 13:03

BELA, GALGA DE 8 MOIS


Coupée sur le flanc par un objet tranchant

 

Nous attendons des nouvelles de  BELA et les devis et factures vétérinaires.
Nous lançons un premier appel de 500 euros pour aider ce refuge dans le besoin à couvrir les premiers frais vétérinaires.

BELA, coupée sur le flanc par un objet tranchant Elle est âgée de seulement 8 mois et son corps est déjà couvert de cicatrices et de blessures. Voilà la marque Espagne pour les Galgos de chasse et de course.
Quand nous nous posons la question, devons-nous avoir peur de voir venir le mois de Février, notre réponse ? L’horreur ne se limite à un mois, elle est présente toute l'année !!
Bella est une bête innocente qui aurait pu perdre la vie qui pour certains n’a aucune valeur et pour d’autres a une valeur inestimable.

Nous passons une image d'un lévrier blessé qui perd son intestin sur le côté. Comment cela est-il possible ? Et pourtant, Bela a bien un trou dans le côté, causé par un objet tranchant qui n'a pas causé de saignement mais a pénétré la peau d’un chiot pour ouvrir un canal pour l'extraction des viscères qui sous la pression ont tendance à rouler.

Ce que nous voyons dans les images est du tissu sous-cutané qui retient la sortie des viscères, qui agit comme un bouchon mais la blessure s’aggrave avec le temps qui passe et l’empêche de respirer.

BELA500-granfamilia.jpg Aux urgences, ils ont fait des radiographies initiales qui ont écarté des atteintes de l'estomac et de la rate. Elle a eu des analyses pour son état général. Hématocrite et plaquettes basses, éosinophiles trop élevés, signes d’un parasitisme élevé. Nous avons effectué un contrôle de leishmaniose et d’erhlichiose. Elle a été sédatée pour des soins d’urgence et tenter de fermer l’ouverture. Des contrôles et peut-être une opération pour repositionner ce qui en interne a été déplacé.

 

Le pronostic est toujours réservé.

BELA2-500-GRAN-FAMILIA-galgos-ethique-europe.jpgBela est courageuse, elle sent qu’elle est bien soignée. Elle fera tout ce qu’elle peut pour devenir un beau lévrier. Nous ferons tout pour l’y aider. Nous comptons sur vous.

Bela aura besoin d’une famille d’accueil à Séville pour commencer une nouvelle vie, où elle pourra récupérer lentement.

Nous lançons une première tranche d’appels à dons pour ses soins d’un montant de 500 euros.

 

Pour aider BELA, vous pouvez envoyer vos chèques à notre siège social, rédigés au nom de GALGOS ETHIQUE EUROPE. Ils seront reversés intégralement à GRAN FAMILIA avec l’attestation du virement bancaire, comme nous procédons toujours.

 

VIREMENT PAYPAL G.E.E.


 

 Indiquer "BELA GRAN FAMILIA" sur votre don. Merci.


Si vous avez un compte PAYPAL, vous pouvez y entrer l'email de GEE :

galgos-ethique-europe@orange.fr

 

REGLEMENT PAR CHEQUE 

Indiquer "BELA GRAN FAMILIA" au dos du chèque

 et le renvoyer au siège de l’association. Merci.

 GALGOS ETHIQUE EUROPE
7 rue Tour de Ville
11120 BIZE - MINERVOIS

 

VIREMENT BANCAIRE G.E.E.

Références à communiquer à votre banque

IBAN : FR76 1348 5008 0008 9107 5474 938

BIC : CEPAFRPP348


Merci pour eux !


Vous avec ci-dessous l’IBAN de GRAN FAMILIA si vous souhaitez faire un virement bancaire directement au refuge ou un virement Paypal.

http://granfamiliasevilla1.

 

La vida es una carrera...no llores si la pista es áspera y la meta distante.....un día la alcanzarás 

El perro es el único animal en el mundo que te ama más a ti que se ama a si mismo.
Nés pour souffrir. Quand cela finira-t-il ?

Par Unanima - Publié dans : Urgence Appel Dons Association - Communauté : GALGOS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 12 novembre 2014 3 12 /11 /Nov /2014 10:42

Une interview de Laurence ABEILLE sur LCP ce matin :

http://www.lcp.fr/emissions/le-depute-du-jour/vod/155775-laurence-abeille-deputee-ecologiste-du-val-de-marne

 

SOBRIETE TRANSPARENCE CONCERTATION... Les ondes électro-magnétiques sont potentiollement cancérigènes...

 

Quant aux subventions européennes de la PAC pour les taureaux de combat, voir ici :

http://www.lcp.fr/emissions/le-depute-du-jour/vod/164343-laurence-abeille-depute-ecologiste-du-val-de-marne

 

Merci à Madame Laurence ABEILLE... Enfin... Une politique reprend le combat qui depuis 2008 aurait dû être celui des associations réunies en fédération !

 

anti-corrida-unanimus.gif

Par Unanima - Publié dans : Quelle Europe ??? - Communauté : amis animaux et anticorrida
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 10 novembre 2014 1 10 /11 /Nov /2014 15:42

Parmi les dernières pétitions que j'ai signées :

https://www.change.org/p/monsieur-le-procureur-de-la-r%C3%A9publique-de-strasbourg-non-aux-euthanasies-%C3%A0-la-s-p-a-de-strasbourg-2

 

TOUT SIMPLEMENT PARCE QUE LA QUESTION DES EUTHANASIES DE CONVENANCE MERITE ENFIN D'ETRE POSEE !

 

Signez vous aussi, pour avoir la chance de connaitre un jour la vérité et que les animaux innocents soient épargnés !

 

clementine

Par Unanima
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 9 novembre 2014 7 09 /11 /Nov /2014 16:41

Reçu d'Yvan :

Bonjour,

je partage avec vous le très grand plaisir que j'ai pris à lire le texte de Estiva Reus, Introduction à Zoopolis de Sue Donaldson et Will Kymlicka. Un plaisir fondé sur le grand intérêt qu'il présente pour imaginer un autre monde aux interactions plus justes, riches et diversifiées aussi entre des individus d'espèces différentes. Il s'agit d'un texte magnifique qui présente de façon très rigoureuse mais passionnante le livre de Donaldson et Kymlicka, un livre qui semble véritablement devoir révolutionner la question animale et, espérons-le, le devenir des sociétés humaines.

Le texte de Estiva Reus, Quels droits politiques pour les animaux ? – Introduction à Zoopolis de Sue Donaldson et Will Kymlicka,vient de paraître sur le site des Cahiers antispécistes, ici. On peut le télécharger mis en page, en format pdf : édition de septembre 2014. Pratiquement, il s'agit carrément d'un petit livre à part entière, qui mériterait d'être édité aussi sur papier et diffusé dans toutes les bonnes librairies.

Le livre de Sue Donaldson et Will Kymlicka, Zoopolis – A Political Theory of Animal Rights(Oxford University Press, New York, 2011) n'est malheureusement pas encore traduit en français ; c'est aussi ce qui rend si précieux le travail de présentation de Estiva Reus.

En espérant vous donner le goût de le lire en entier, je vous livre ici quelques passages qui m'ont particulièrement plu de cette présentation :

 

tigresse2

Avant-propos

Zoopolis – A Political Theory of Animal Rightsde Sue Donaldson et Will Kymlicka, est paru le 24 novembre 2011. Comme La libération animalede Peter Singer ou Les Droits des animauxde Tom Regan, il y a des chances que ce livre devienne un classique de la pensée contemporaine sur la question animale. Il appartient cependant à une génération différente de celle des écrits pionniers, et de la littérature qui s’en est suivie, largement axés sur la critique du spécisme, la condamnation des industries d’exploitation animale et la défense du véganisme comme alternative éthique aux modes de production et de consommation actuels.

Chez Donaldson et Kymlicka, l’accent est mis sur d’autres thèmes. En quelque sorte, les auteurs nous invitent à penser ainsi : « Nous avons bien avancé dans la compréhension de ce qu’il ne faut plus faire subir aux animaux. Mais que devraient être les relations entre les humains et les autres habitants de la Terre ? Il est temps de réfléchir davantage à la bonne manière de vivre avec les animaux en tant que voisins ou amis. » Voilà un champ immense qui appelle des réponses à des niveaux multiples : celui des relations interindividuelles dans leur singularité, celui de l’éducation et des normes acquises qui guident les comportements, celui des techniques et dispositifs matériels qui facilitent la coexistence… L’angle d’approche de Donaldson et Kymlicka consiste à s’intéresser essentiellement aux principes de base qui devraient régir l’architecture juridique et politique de la société. Quelles seraient les grandes lignes d’un cadre institutionnel juste prenant en compte les humains comme les non-humains ? Qu’impliquerait un tel cadre sur les conditions de vie concrètes des êtres sentients ? Tel est le sujet de leur réflexion.


Zoopolisest un livre important parce qu’il est une force de proposition dans un domaine jusqu’ici trop peu exploré. Il est en outre brillamment pensé et écrit. Nul doute que ce livre va susciter une masse de commentaires, prolongements et critiques, et que cette littérature secondaire viendra enrichir (et questionner) les bases posées par les auteurs.


Il va sans dire que la meilleure façon de prendre connaissance d’un ouvrage consiste à le lire. Tout compte rendu effectué par un tiers est un filtre qui réduit, transforme et réorganise l’information contenue dans l’original, même sans volonté délibérée de la travestir. Il m’a cependant paru utile de rédiger cette Introduction à Zoopolisparce que le cercle des personnes concernées par un livre dépasse de beaucoup son lectorat effectif. Ce texte-ci étant en libre accès sur Internet, il pourra atteindre une fraction des personnes qui n’achèteront pas Zoopolis, et donner à d’autres l’envie de l’acquérir. Par ailleurs, il n’existe pas pour l’heure d’édition française de ce livre. En attendant, les francophones qui lisent difficilement l’anglais pourront s’en faire une idée en parcourant les pages qui suivent. 
Le présent ouvrage comporte six chapitres. Les quatre premiers sont centrés sur Zoopolisproprement dit. Dans les chapitres 5 et 6, nous élargirons le propos à d’autres écrits des auteurs.

                                                                                 Estiva Reus

==========================

Quand on vit avec des animaux et qu’on prête attention à eux, on est tout à fait capable de comprendre la signification de leurs attitudes, de discerner leurs préférences, d’entendre ce qu’ils attendent de nous, même s’il est vrai qu’il est nécessaire d’acquérir certaines connaissances pour ne pas commettre d’erreurs (par exemple, parce que chez certaines espèces la douleur est muette, et qu’on risque de ne pas se douter que l’animal souffre si l’on s’attend à des gesticulations ou vocalisations quand il a mal). Nous avons une aptitude naturelle à communiquer avec les animaux et eux cherchent à communiquer avec nous, à moins que nous ne manifestions une surdité telle qu’ils finissent par y renoncer. S’inspirant de K. Smith, Donaldson et Kymlicka suggèrent que cette surdité est une conséquence de la suprématie humaine. Étant en position dominante, les humains n’ont pas besoin de prêter attention à ce que veulent les animaux. Leur incapacité à comprendre les animaux n’est pas naturelle mais acquise.

(...)

Des animaux choisissent de venir vivre auprès de nous : ce n’est pas toujours nous qui allons les chercher. Il est faux qu’ils ne se résignent à fréquenter d’autres espèces que parce qu’ils sont privés de congénères. Des poules ayant des compagnes, abri et nourriture viennent tout de même toquer à la fenêtre, et apprécient pour certaines d’être caressées ou qu’on leur fasse la conversation. Ce n’est pas parce que des chiens sont plusieurs dans un même foyer qu’ils ignorent les chats ou se détachent des humains...

Certes, les interactions entre humains et animaux domestiques peuvent conduire à la subordination des seconds aux premiers. La conclusion à en tirer est qu’il faut chercher les conditions pour que cela n’ait pas lieu, et non que les relations doivent cesser. Nous avons vu (chapitre 2, section 3) que c’est dans cette optique que Donaldson et Kymlicka discutent dans Zoopolis la contribution que peuvent apporter les animaux à la société en tant que fournisseurs de biens ou services (par exemple, des moutons tondant des prairies ou des chèvres débroussaillant des forêts, en oeuvrant à leurs activités personnelles rendent aussi service à des humains...). Celle-ci ne doit pas être catégoriquement exclue a priori ; poser un tel principe reviendrait à écarter les animaux de la coopération, qui est une dimension importante de la vie en société. C’est dans le même esprit que doivent être pensées l’ensemble des relations sujettes à dérives potentielles.

De façon générale, on sait que les auteurs estiment que la parade la plus sûre réside dans une vraie possibilité de sortie pour l’individu qui se trouve dans un contexte ne correspondant pas à ses aspirations, c’est-à-dire dans l’existence de réelles alternatives se présentant à lui. Un des cas où la question des risques liés aux interactions se pose particulièrement est celui des activités dont l’exercice demande un apprentissage. Il est discuté par les auteurs dans « Citizen Canine ». Lorsqu’un apprentissage est nécessaire, on ne peut pas simplement placer un animal (ou autre individu) devant le choix de faire ou ne pas faire telle chose. Spontanément, il ne sait pas faire. Il peut s’agir de travail mais aussi de sports et loisirs, comme lorsque des chevaux font des promenades avec des cavaliers, lorsque des cochons jouent à des jeux vidéo, ou lorsque des chiens tirent des traîneaux, font du pistage ou pratiquent l’agility avec des humains. Les précautions à prendre relèvent pour beaucoup du sens commun. Ne pas imposer l’apprentissage à des individus qui manifestent de forts comportements de refus ou dont le caractère laisse présager que cela ne correspond pas à leurs aspirations. (Un cheval très distant avec les humains n’est pas a priori un bon candidat pour des activités demandant une étroite coordination avec eux. Un chien attentif, réactif, aimant beaucoup se dépenser, a plus de chances qu’un autre d’apprécier l’agility.) Ne pas imposer des exercices si prenants et intensifs que l’animal n’a plus le temps pour se livrer à d’autres activités (ou inactivités) qu’il aime, ou est tellement conditionné qu’il devient incapable d’imaginer faire autre chose. Pour stimuler l’élève et rendre attractif l’apprentissage, il est normal de recourir à des encouragements et à des récompenses. Mais une fois que l’animal a acquis les bases, il est temps de tester s’il en tire une satisfaction ou pas. C’est un peu comme quand on dit à un enfant « Prends quelques leçons de piano, et après tu verras si tu as envie de continuer ou pas. » Les cochons jouent- ils encore aux jeux vidéo s’ils sont dans un environnement où une large palette d’autres activités s’offre à eux (on sait qu’ils s’intéressent aux écrans tactiles lumineux quand cette distraction se présente dans un morne élevage en batterie). Jouent-ils encore si, quand ils gagnent à des jeux plus complexes, ils n’obtiennent pas une friandise ? Le chien sur le terrain d’agilityest-il concentré et excité par le parcours à effectuer avec son humain, ou saisit-il la moindre occasion d’aller plutôt s’amuser avec d’autres chiens présents ?

Il est sage d’insister sur les précautions sachant d’où nous partons. Mais cela ne doit pas faire perdre de vue la satisfaction que chacun peut éprouver en pratiquant une activité qui sollicite « juste comme il faut » des capacités qu’il possède et aime exercer : assez difficile pour que réussir soit gratifiant, mais pas difficile au point d’être mis systématiquement en situation d’échec.

Parce que nous vivons dans une société multi-espèces, nous pouvons faire des rencontres, nouer des amitiés, acquérir des connaissances, avoir des occupations... auxquelles nous n’aurions jamais accès si nous ne fréquentions que des congénères. Notre univers mental et les opportunités qui se présentent à nous sont plus vastes parce que notre monde est fait de l’entrecroisement de plusieurs mondes. Dans les sociétés humanimales, c’est déjà vrai pour les humains et ce le sera pour les autres animaux quand des rapports de justice auront été établis avec eux, comme c’est déjà le cas pour les plus chanceux d’entre eux.

Quand un chien, un cheval ou un cochon est membre d’une société humanimale, c’est son droit de pouvoir y participer en utilisant son potentiel à plein. Nous devons permettre à chaque individu animal de réaliser son propre bien, au moins en partie, à travers ses relations avec un humain qui facilite sa participation à des activités dans lesquelles il ne pourrait pas s’engager sans cela. (...) En quoi de telles activités sont-elles un bien pour lui ? Comme on l’a dit plus haut, une chienne peut développer des savoir- faire spécifiques (...) et l’exercice de ces compétences peut lui procurer plaisir, satisfaction, confiance en soi, et peut-être un sentiment d’accomplissement. Elle peut acquérir des connaissances (la structure du réseau social de sa compagne humaine, les routines quotidiennes, les étranges manières des chats...) qui agrandissent et enrichissent son univers mental.
De même que les humains aiment le frisson de l’amitié inter-espèces – l’étrange combinaison de connexion et de mystère, le défi mental de la communication, les opportunités de surprise, de respect et d’humour – ces mêmes satisfactions peuvent importer à des animaux domestiques.

Un animal qui vit uniquement dans un monde bovin ou chevalin expérimente un type de monde social avec ses opportunités spécifiques d’amitié, sollicitude, leadership, compétition, etc. Un animal qui vit dans un monde multi-espèces expérimente différents mondes sociaux imbriqués les uns dans les autres. Ces mondes lui ouvrent davantage de choix et d’opportunités. Prenons le cas d’une poule qui est au bas de l’échelle dans l’ordre social du picage et qui est souvent ostracisée par les membres de son groupe. Si c’est là son seul monde social, elle n’a pas de réelle alternative. Si par contre le groupe de ses congénères est inclus dans une société humanimale et qu’elle a aussi des interactions avec des humains (ou d’autres animaux), plutôt que de végéter aux marges du groupe de poules, elle peut choisir de se lier d’amitié avec un humain, un chien ou un cochon de la famille. Vivre dans une société humanimale peut accroître l’agence des animaux en élargissant leur monde social. (...) De nos jours, beaucoup d’études intéressantes portent sur la dimension créative de la vie inter-espèces. (Donaldson et Kymlicka, « Citizen Canine : Agency for Domesticated Animals », texte préparé à l’occasion du colloque « Domesticity and Beyond: Living and Working with Animals », Queen’s University, septembre 2012, téléchargé sur https://queensu.academia.edu/WillKymlickale 13 janvier 2014, p. 15)

Vivre dans une société multi-espèces est une chance. Il se pourrait bien que l’apport le plus précieux de Donaldson et Kymlicka au mouvement des droits des animaux réside précisément dans le fait d’avoir mis le projecteur sur cette chance, et sur la manière de faire en sorte qu’elle profite à tous les ressortissants des communautés mixtes.

6. Quel apport pour le mouvement de libération animale ?

À mon sens, il serait faux de dire qu’aujourd’hui le mouvement de libération animale prône la disparition des animaux domestiques (hormis dans une région bien particulière de celui-ci (Estiva Reus pense ici aux élevages)). Mais il est exact que l’essentiel du travail militant consiste à montrer l’injustice et l’horreur de ce que vivent les animaux utilisés comme objets de consommation, de divertissement ou d’expérimentation, de sorte que le seul ou le principal message que reçoit le public est : « Ces pratiques doivent disparaître. »

Il serait également faux ou excessif, selon moi, de dire qu’aujourd’hui le mouvement des droits des animaux dépeint ces derniers uniquement sous les traits passifs de victimes souffrantes. Les associations diffusent des vidéos, résumés de recherches scientifiques, ou récits de faits divers montrant la richesse de la vie affective des animaux, l’étendue de leurs capacités cognitives ou leurs tentatives de résistance (évasions hors des camions de transport ou des abattoirs par exemple). Mais une fois rapportés à la thématique « Mettons fin à l’élevage et à l’expérimentation », ces éléments ont finalement pour seule fonction de stimuler l’empathie du public pour les victimes de ces activités. La référence à la dimension active, créative, décisionnelle, affective, de la vie mentale des animaux sert d’abord à faire comprendre la frustration qu’on crée chez eux en les plaçant dans des conditions où elle ne peut pas s’exercer. Tout au plus peut-on y lire en creux une évocation de ce que ces animaux auraient pu faire de leur existence si elle n’avait pas été si dramatiquement entravée et écourtée. Certes, il n’est pas rare que des associations diffusent des reportages avant/après réalisés chez des particuliers ou dans des refuges qui accueillent des animaux venant de laboratoires ou d’élevages. Cependant, même alors, il reste un blanc. On a l’exposé d’une situation particulière, dont les acteurs sont parfois suivis dans la durée : par exemple, un porcelet soustrait à un élevage arrive dans une famille, on le voit jouer avec le chien, grandir, se prélasser sur le sofa à côté d’un humain, partager avec lui des amuse-gueule d’apéritif, se faire des amis, découvrir avec curiosité qu’il a neigé dehors... Mais si, au-delà du cas particulier, quelque chose est dit d’ordre plus général, ce sera une invitation à changer ses habitudes alimentaires (Go vegan), à s’engager aux côtés d’une association œuvrant à la disparition de l’élevage, ou à soutenir un refuge qui accueille des animaux sauvés de la boucherie. Finalement, l’idée que ces expériences pointent vers la forme future que pourraient prendre les sociétés humanimales demeure implicite, ou au mieux se réduit à une brève exclamation généralisant le cas particulier présenté.

Jusqu’ici, le mouvement des droits des animaux n’a eu aucun discours structuré sur ce que pourraient être des rapports justes entre habitants des sociétés multi-espèces, sinon pour dire ce qu’ils ne seraient pas. Et c’est en cela que Zoopolis peut changer la donne. Il ne faut pas attendre d’avoir fermé les abattoirs pour parler de citoyenneté animale. C’est maintenant qu’il faut réfléchir et communiquer sur la manière de bâtir les communautés des égaux que seront les sociétés multi-espèces. Se projeter dans un futur enthousiasmant, imaginer comment l’odyssée humanimale commencée sous un jour si désastreux peut déboucher sur un avenir attrayant aidera à en finir avec l’ère des abattoirs. Construire collectivement cet avenir n’est-il pas un projet qui sollicite « juste comme il faut » les capacités que nous possédons et aimons exercer ? Ce projet est assez prometteur et assez exigeant pour que la perspective de réussir si nous nous y engageons soit gratifiante. Et cependant l’objectif n’est pas trop difficile, il reste à notre mesure. Après-tout, il ne s’agit que de la petite fraction du monde que nous connaissons le mieux parce que nous y vivons, et tant les humains que les animaux domestiques ont les compétences requises pour y organiser ensemble une vie meilleure et plus juste.

                                 Estiva Reus

Par Unanima - Publié dans : Un Autre Monde est Possible - Communauté : Monde Animals
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 novembre 2014 5 07 /11 /Nov /2014 15:57

ANTI CORRIDA - SOUTIEN A JEAN-PIERRE GARRIGUES

MANIFESTATION PARIS13 DEC. 2014 à partir de 14 h., place Joachim du Bellay

 

Appel du C.V.N.

Nous y serons pour soutenir les actions du Président d'Honneur de notre association, Président de C.V.N., Maître Gérard CHAROLLOIS, co-fondateur de Convention Vie Nature Ecologie Radicale.

 

Vous pouvez vous inscrire à sa lettre hebdomadaire :

Lettres Hebdomadaires de Gérard Charollois... 

www.ecologie-radicale.org/index.php?option=com_content...
La Convention Vie et Nature pour une écologie radicale combat la chasse, la corrida, l'empoisonnement, la marchandisation du vivant...

 

CVN-NOUVEAU-LOGO.jpg

Par Unanima - Publié dans : Anti Corrida - Communauté : amis animaux et anticorrida
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 novembre 2014 4 06 /11 /Nov /2014 09:39

ADOPTIONS GALGOS ET PODENCOS SOUS CONTRAT GALGOS ETHIQUE EUROPE

 

Nous sommes heureux de vous présenter l'album des Galgos et Podencos qui attendent d'être adoptés.

Ils sont encore en Espagne chez nos associations partenaires et leurs refuges ou leurs familles d'accueil.

Certains d'entre eux ont été soignés grâce aux appels à dons que nous avons faits et auxquels certains d'entre vous ont participé.

 

Cet album photos avec une description précise des loulous à l'adoption est maintenant disponible sur notre site :

 

http://www.galgos-ethique-europe.eu/index.php?option=com_content&view=section&layout=blog&id=39&Itemid=216

 

Pour nous soutenir, vous pouvez adhérer à notre association. Merci pour eux.

Adhésion 20 euros par an   Membre bienfaiteur : adhésion ou don 30 euros et plus par an.

Contact :

galgos-ethique-europe@orange.fr

Demande d'adoption ou d'accueil :

adoptions@galgos-ethique-europe.eu

Parmi nos actions d'aides 2014 :

REGLEMENT PAR CHEQUE AU SIEGE DE GEE

 Association GALGOS ETHIQUE EUROPE
7 rue du Tour de Ville
11120 - BIZE-MINERVOIS


 

IBAN POUR VIREMENT BANCAIRE

IBAN : FR76 1348 5008 0008 9107 5474 938
BIC : CEPAFRPP348

 

 
VIREMENT PAYPAL
 

Par Unanima - Publié dans : Galgos d'Espagne - Communauté : GALGOS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 novembre 2014 4 06 /11 /Nov /2014 09:33

PARIS LE TROCADERO ACCUEILLE LES GALGOS ET LES PODENCOS

http://www.galgos-ethique-europe.eu/index.php?option=com_content&view=frontpage&Itemid=1

 

PARIS TROCADERO

11 OCTOBRE 2014


Grand rassemblement unitaire pour les Galgos Podencos


Un décor olympien entre Terre et Ciel, entre Tour Eiffel et Palais Chaillot, où les Lévriers ont montré leur douceur et leur beauté.


Véritables animaux de compagnie, Greyhounds, Galgos et Podencos sont bien plus que les simples objets de rapport de l'industrie des courses. Au Royaume Uni, les propriétaires de Lévriers ont encore le droit de les abattre au fusil à boulons ! Sans parler de la chasse avec les Lévriers qui se pratique dans différents pays d'Europe où ils reçoivent le traitement que nous connaissons et où les "champions" peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers d'euros en échange d'une vie de prisonnier enchaîné dans un bunker de béton insalubre et sans aération.

 

Les Lévriers prouvent chaque jour à leurs adoptants combien ils sont affectueux et attachants.




rassemblement pour les lévriers à Paris par unanimus

La vidéo de notre manifestation a été tournée par Alain TOTEM qui, pour nous offrir ce beau souvenir, est venu de Toulon tout spécialement. Nous l'en remercions chaleureusement, ainsi que toutes les associations présentes et les Bénévoles venus parfois de loin.
Merci à nos équipes de Paris qui ont travaillé pendant 3 mois pour organiser ce rassemblement dans un lieu d'exception.
Ainsi de nombreux touristes ont été sensibilisés à la cause des Lévriers.


Un merci tout spécial au C.C.E.A. qui a proposé de délicieux sandwiches Vegan, à Bruno RICARD qui représentait la Fondation Brigitte Bardot et l'association GLAMA, à nos amies et partenaires GALGOS 112 venues de Barcelone pour représenter les Lévriers d'Espagne.
Merci à Maxime GINOLIN, transformé en "satané Galguero" dans un happening saisissant et émouvant.
Merci aux Lévriers accompagnés de leurs "Dévoués à deux pattes", entre autres à Zuko, Scooby et Cali qui représentaient dignement leurs frères maltraités.


Merci à tous pour ce beau moment.
GALGOS ETHIQUE EUROPE & LE COLLECTIF EUROPEEN POUR LA PROTECTION DES LEVRIERS
co-organisateurs du rassemblement

Par Unanima
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 novembre 2014 4 06 /11 /Nov /2014 09:24

JE SUIS LE GALGO AU REGARD D'AGNEAU

 

Je ne lâche pas ma plume... au service des Galgos et Podencos


poeme-pour-un-galgo-rassemblement-trocadero... par unanimus

 

Un bel article dans ANIMAUX BONHEUR n° 3 spécial GALGOS en kiosque.
Article mettant à l'honneur parmi d'autres notre association GALGOS ETHIQUE EUROPE.
Article dont nous sommes co-rédacteurs. Merci à Stéphane ARFI, directeur de la rédaction qui met en avant notre PETITION signée par Paul WATSON

PETITION UNESCO RECONNAISSANCE DE L'ANIMAL ETRE SENSIBLE.

 

Animaux Bonheur - Le magazine du respect animal 

animauxbonheur.com/
29 oct. 2014 - Chers tous, vous êtes des milliers à acheter ANIMAUX BONHEUR en kiosques. Si vous appréciez ce nouveau magazine qui se bat pour le respect animal ...

Abonnez-vous à Animaux Bonheur ! - Animaux Bonheur  

animauxbonheur.com/abonnez-vous-animaux-bonheur/

Soutenez l'indépendance de ANIMAUX BONHEUR en nous faisant parvenir un chèque de 19 € à l'ordre des EDITIONS BALISIER 15 rue de Groix 35310 CHAVAGNE

Par Unanima - Publié dans : Galgos d'Espagne - Communauté : GALGOS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 novembre 2014 4 06 /11 /Nov /2014 09:03

25 OCTOBRE 2014 à SAINT MALO,

LORS DU DEPART DE LA ROUTE DU RHUM

Conférence Paul WATSON et Lamia ESSEMLALI

Par Unanima - Publié dans : Un Autre Monde est Possible - Communauté : Défense Des Animaux
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 29 octobre 2014 3 29 /10 /Oct /2014 07:29

GALGOS ETHIQUE EUROPE. Nous rejoindre sur Facebook.

 

IL EXISTE DE BONS TRAITEMENTS CONTRE LES DOULOUREUX  PROBLEMES D'ARTHROSE.

Parlez-en avec votre véto, il existe d'excellents traitements vétérinaires à base de CHONDROITINE et de GLUCOSAMINE pour soulager vos animaux âgés. Ceci est particulièrement adapté à nos Galgos et Podencos qui souvent ont manqué d'aliments structurants dès leurs premiers jours d'existence et commencent à souffrir d'ARTHROSE dès leur 7 ou 8 ans.

Dès sa septième année, l'un de mes Galgos a commencé à souffrir d'arthrose... Grâce à l'association Chrondroïtine Glucosamine depuis 4 ans, il a tout d'un jeune homme !

Voici un extrait de la lettre Santé Nature Innovation que je vous recommande chaleureusement. Pour les contacter :

Sante Nature Innovation <santenutrition@sante-nature-innovation.fr>

EGALEMENT A METTRE DANS VOS PAGES PREFEREES si la santé de vos loulous vous semble une priorité :

 

http://arnaudveto.blogspot.fr/

 

POUR VOUS DOCUMENTER :

http://www.thierrysouccar.com/sante/info/arthrose-la-chondroitine-et-la-glucosamine-sont-elles-efficaces-1016

 

CANNELLE-3350-MARS2012

 

EXTRAIT DE LA LETTRE SANTE NATURE INNOVATION à laquelle, comme moi, vous pouvez vous abonner :

 

Dans les profondeurs de votre cartilage, une catastrophe se prépare

Lorsqu'on parle de « douleurs handicapantes » pour 76 % des personnes traitées, cela signifie déjà que les traitements médicamenteux ne sont pas efficaces.

Mais il y a pire : plusieurs études ont montré que les antidouleurs contre l'arthrose aggravent la situation.

Ils accélèrent la dégradation du cartilage.

Le phénomène est d'autant plus vicieux que, dans un premier temps, le patient est convaincu d'aller mieux.

Il ne se doute de rien parce que le médicament a provisoirement masqué sa douleur.

Mais c'est une dangereuse illusion. Dans les profondeurs de son cartilage, ses os, ses tendons, une catastrophe se prépare :

  • Des médecins d’Oslo, en Norvège, ont suivi 186 patients souffrant d'arthrose de la hanche. 58 d'entre eux prenaient un médicament contre l'inflammation et la douleur, de l'Indocin, un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). Aux rayons X, ils se sont aperçus que les personnes prenant de l'Indocin souffraient d'une détérioration bien plus rapide de leur hanche que les autres.
  • Au Portugal, le Dr Antonio Lopez Vaz, de l'hôpital d'Oporto, a étudié un groupe de 48 patients souffrant d'arthrose du genou. Il a divisé le groupe en deux, donnant chaque jour, pendant 8 semaines, 1,5 g de glucosamine (un produit naturel dont je vais reparler) au premier groupe, et 1,2 g d'ibuprofène (un AINS) à l'autre groupe.

Au départ, les personnes qui prenaient de l'ibuprofène ont vu leurs douleurs diminuer plus vite que les autres. L'impression a persisté durant les deux premières semaines.

Mais au bout de huit semaines, non seulement leurs douleurs avaient recommencé à s'aggraver, mais elles étaient maintenant « significativement plus fortes » que celles du groupe « glucosamine » (le produit naturel) !!

Et ce n'était pas la fin du cauchemar pour eux.

Des trous dans l'estomac qui saignent

L'ibuprofène, comme les autres AINS, peut être extrêmement dangereux administré sur le long terme.

Utilisés de façon continue, les AINS provoquent des saignements dûs à des trous dans la paroi de l'estomac et de l'intestin.

C'est une conséquence fréquente. Plus de 20 000 personnes chaque année sont touchées, rien qu'en France, par ces graves effets indésirables.

L'arthrose n'est pas comme le rhume ou la jambe cassée. Ce n'est pas un problème temporaire. Le point crucial n'est pas de vous soulager quelques jours ni quelques semaines.

L'important est que, dans 6 mois, dans 2 ans, dans 10 ans, vous ne finissiez pas en chaise roulante, ou immobilisé sur un lit d'hôpital.

Solutions naturelles et efficaces contre l'arthrose

Heureusement, il existe des traitements naturels et sans effets indésirables contre l'arthrose.

Pas plus que les médicaments, ce ne sont des remèdes miracle.

Mais contrairement aux médicaments chimiques, ils permettent :

  1. de réduire significativement le risque de douleurs causées par l'arthrose ;
  2. de réduire significativement le risque de séquelles liées à l'arthrose ;
  3. et ils peuvent même contribuer à faire repousser votre cartilage, un effet qu'aucun médicament chimique ne peut vous laisser espérer (au contraire, comme vu plus haut, les médicaments les plus souvent utilisés contre l'arthrose, les AINS, accélèrent la destruction du cartilage).

Voici comment inverser l'arthrose

Contrairement à ce qu'on raconte un peu partout, l'arthrose n'est ni définitive, ni inéluctable.

Ce n'est pas une maladie qui progresse forcément dans le mauvais sens. Ce n'est pas le cartilage qui s'use comme les pneus d'une voiture.

Les choses sont beaucoup plus compliquées que cela. Mais je vais vous les expliquer de façon simple et brève.

Et vous verrez : quand vous aurez compris le vrai mécanisme de l'arthrose, vous comprendrez – tout naturellement – pourquoi il existe vraiment une solution naturelle qui marche, à base de simples compléments alimentaires, qui vous permet d'espérer inverser votre phénomène d'arthrose.

Et je vais vous donner tous les détails utiles, patiemment.

La véritable cause de l'arthrose (récemment découverte)

L'arthrose est un problème articulaire qui a longtemps été attribué à une usure du cartilage, cette substance blanche et légèrement élastique qui couvre les extrémités de vos os, leur permet de glisser les uns contre les autres sans frottement douloureux, et d'amortir les chocs.

Mais au début des années 2000, des chercheurs américains se sont aperçus que l'arthrose n'est pas causée par une usure du cartilage. Si c’était le cas, les sportifs seraient beaucoup plus touchés que les reste de la population, alors que c’est l’inverse.

L'origine réelle du problème, ce sont des cellules du cartilage devenues folles.

Normalement, votre cartilage est constamment renouvelé. Vous avez pour cela des cellules spéciales, appelées chondrocytes. Elles « digèrent » constamment le vieux cartilage et fabriquent des briques neuves afin que votre cartilage soit toujours bien épais, bien élastique, bien irrigué, bien protecteur.

Je suis désolé car le mot « chondrocyte » est compliqué. Mais je suis obligé de vous demander de vous en souvenir, car je vais le réutiliser de nombreuses fois.

Retenez bien dans un coin de votre mémoire :

Les chondrocytes sont ces cellules essentielles qui vous débarrassent de votre vieux cartilage et vous fournissent les matériaux pour en produire du nouveau. C'est grâce à eux que vos articulations peuvent rester bien flexibles, bien élastiques pendant des décennies.

Mais lorsque nos chondrocytes sont mal traités, ils deviennent fous, et vous allez voir que les conséquences sont terribles.

Avant de passer aux mauvaises nouvelles, je dois vous indiquer comment prendre soin de vos chondrocytes, et cela vaut même et surtout si la maladie a déjà commencé.

Comment prendre soin de vos chondrocytes

Pour éviter que l'arthrose ne commence ou s'aggrave, il faut prendre soin de vos chondrocytes.

Pour cela, vous devez :

  1. Leur donner l'oxygène et les nutriments dont ils ont besoin pour vivre et faire leur travail de régénération du cartilage.
  2. Les protéger des agressions extérieures. Les chondrocytes détestent les coups violents, comme tout le monde, et ils détestent les substances inflammatoires (cytokines, leucotriènes). Ainsi, lorsqu'une inflammation s'installe dans votre corps de façon durable, à cause d'une intolérance alimentaire, de l'obésité, ou d'un mode de vie malsain, vos chondrocytes risquent de tomber malades et de devenir fous.

Bien nourrir vos chondrocytes

Commencer par l'alimentation. Les chondrocytes se situent dans votre cartilage. Or, le cartilage a une particularité : il n'est pas irrigué par des vaisseaux sanguins.

Cela veut dire que les cellules du cartilage ne reçoivent pas d'oxygène ni de nutriments par le sang, comme les autres cellules du corps.

Leur nourriture se trouve dans le liquide synovial, un liquide qui ressemble à du blanc d'œuf et dans lequel baigne l'articulation.

Pour oxygéner et nourrir vos chondrocytes, vous devez faire pénétrer votre liquide synovial dans votre cartilage. Et pour cela, il faut que vous bougiez régulièrement. Car le cartilage est un peu spongieux (comme une éponge). Chaque fois que vous pressez dessus, un peu de liquide synovial circule en dedans et en dehors. C'est ainsi que vos chondrocytes sont nourris et oxygénés.

Les problèmes commencent lorsque :

  1. Nous bougeons trop peu : télévision, travail de bureau, voiture, sédentarité. Nous ne sollicitons pas assez nos articulations. Les chondrocytes manquent alors d'oxygène et de nourriture, s'affaiblissent, tombent malades.
  2. Nous compressons excessivement notre cartilage : les personnes en surpoids écrasent leur cartilage. Comme une éponge mouillée sur laquelle on aurait posé un dictionnaire, notre cartilage s'écrase, expulse le liquide synovial et, à nouveau, les chondrocytes souffrent, manquent d'oxygène et de nourriture, et risquent de devenir fous.

C'est pourquoi il est important, pour prévenir l'arthrose, de faire fréquemment de l'exercice physique modéré, et de rester aussi proche que possible de votre poids idéal.

Mais nous avons vu que cela ne suffit pas forcément. Car il faut aussi éviter les coups et l'inflammation chronique.

Protéger vos chondrocytes des coups et de l'inflammation

Notre cartilage est fait pour « encaisser » de fortes pressions fréquentes.

Vous pouvez sauter, danser, courir sans craindre de l'abîmer, bien au contraire. Toutefois, le cartilage n'est pas fait pour être écrabouillé violemment. En cas d'entorse, de chute à ski, au football ou au rugby, d'accident de voiture, de vélo ou de roller, le choc est tel que le cartilage s'écrase et reste durablement abîmé.

Là encore, les chondrocytes souffrent et peuvent tomber malades et devenir fous.

Les personnes qui ont eu dans leur jeunesse un accident de ce type courent de forts risques de souffrir d'arthrose. Il est particulièrement important qu'elles suivent les conseils contre l'arthrose que je donnerai plus loin. Plus elles commenceront tôt, plus l'effet sera fort, jusqu'à éviter toute douleur gênante.

D'autre part, les chondrocytes sont très vulnérables aux substances inflammatoires, qui les rendent malades. Lorsqu'une intolérance alimentaire, un excès de poids, un mode de vie malsain, un stress chronique, ou toute autre cause provoquent chez vous une inflammation chronique, vos chondrocytes souffrent et risquent de devenir fous.

À noter enfin que lorsque nous vieillissons l'activité de nos chondrocytes diminue naturellement.

Tous ces phénomènes sont graves. Bien plus graves que la simple douleur passagère qu'ils provoquent au début.

Le terrible secret des chondrocytes devenus fous

En effet, un chondrocyte devenu fou ne cesse pas seulement de faire son travail.

Il se met, tel un forcené, à :

  • tuer les autres chondrocytes,
  • attaquer les cellules saines de cartilage,
  • empêcher les nouvelles « briques » de cartilage d'être fabriquées et mises en place.

C'est la terrible vérité. Aussi choquant que cela puisse paraître, les chondrocytes, cellules normalement programmées pour renouveler le cartilage, se mettent à faire le contraire quand elles deviennent folles : elles détruisent le cartilage existant, et empêchent le nouveau de se reformer.

Un cercle vicieux se met alors en place : plus l'arthrose s'aggrave, plus vous avez d'inflammation. Et plus vous avez d'inflammation, plus vos chondrocytes deviennent fous, et aggravent votre arthrose !!

Erreur à ne pas commettre

Vous comprenez pourquoi la plus grave erreur est alors de prendre des antidouleur.

Ils vous empêchent de ressentir le grave problème qui se produit dans vos articulations.

Mais jour après jour, le travail de sape se poursuit. Et plus le temps passe, plus les chondrocytes fous s'emballent et crachent des substances inflammatoires, accélérant leur besogne de destruction !

Et tenez-vous bien : ce sont bientôt toutes les autres parties de l'articulation qui sont attaquées. Vos tendons, vos os, le liquide synovial lui-même – qui en temps normal permet de lubrifier l'articulation – s'enflamment sous l'effet des substances inflammatoires qui se concentrent.

D'où les rougeurs, les gonflements, la douleur qui finit par être paralysante.

L'arthrose n'est PAS un problème anodin.

Vous devez tout faire pour la prévenir, ou la maîtriser si elle s'est déjà déclenchée.

Des enjeux considérables pour votre avenir

Ceci est tellement important que je me permets de préciser, avec les termes techniques, l'engrenage diabolique qui s'est mis en place, et qui peut avoir de telles conséquences sur votre avenir.

Au lieu de fabriquer du nouveau cartilage, comme ils le font habituellement, vos chondrocytes devenus fous :

  1. Détruisent le cartilage existant, en sécrétant des métalloprotéinases, bien au-delà de leur travail normal qui consiste à vous débarrasser du vieux cartilage. Même les cellules saines et neuves sont attaquées.
  2. Empêchent la formation des briques qui permettent de renouveler le cartilage ; ces briques sont le collagène et les protéoglycanes.
  3. Attaquent les autres parties de l'articulation (tendons, os, liquide synovial) en produisant des substances inflammatoires agressives, les leucotriènes et les cytokines.

Maintenant que vous avez compris cela, vous réalisez l'importance cruciale d'un mode de vie sain, d'une activité physique régulière mais sans excès ; de conserver votre poids idéal. Il faut tout faire pour éviter que le cercle de l'inflammation ne se mette en route.

Et si ce processus est déjà enclenché chez vous, alors il faut :

  1. stopper l'inflammation avec un produit naturel bien supporté par l'organisme ;
  2. apporter à vos articulations les « briques » de cartilage que vos chondrocytes ont cessé de produire.

Le plan de bataille est donc clair !

Entrons maintenant dans le détail de ce que vous devez faire.

Stopper l'inflammation dans vos articulations

Première étape donc, éteindre l'incendie qui s'est déclenché dans vos articulations.

  • Si vous bougez trop peu, reprenez une activité physique régulière pour relancer la circulation du liquide synovial dans votre cartilage.
  • Si vous êtes en surpoids, soulagez vos articulations en perdant vos kilos en trop. La première mesure pour cela est de réduire votre consommation de farineux, féculents et sucreries.
  • Si votre arthrose s'est déclenchée à cause d'un accident qui a touché vos articulations dans le passé, ou à cause de l'âge, passez directement à l'étape suivante.

La nutrition anti-arthrose

Les données scientifiques s’accumulent sur le rôle de la nutrition dans l'inflammation.

Pour limiter votre niveau d'inflammation et donc votre risque d'arthrose :

  • Mangez plus de fruits et de légumes. Riches en antioxydants, ils aideront eux aussi à diminuer l'inflammation causée par les radicaux libres.
  • Consommez autant que vous le pouvez des épices aux propriétés anti-inflammatoires : ajoutez chaque fois que vous en avez l'occasion du poivre, du curcuma, de la cannelle et du gingembre à votre cuisine.
  • Augmentez vos apports en acides gras oméga-3 (huiles d’olive et de colza, graines de lin, sardines, thon, saumon, maquereau), diminuez vos apports en oméga-6 (huiles et margarines de tournesol, de maïs et de pépins de raisin). Les oméga-3 sont anti-inflammatoires, les oméga-6 sont pro-inflammatoires.

À noter que les oméga-3 issus d'huile de poisson ne sont pas seulement anti-inflammatoires. Ils bloquent aussi le fonctionnement des substances qui digèrent le cartilage, appelées aggrécanases.

Une fois toutes ces mesures prises, tournez-vous vers la reine des plantes anti-inflammatoires.

La plante anti-inflammatoire qui fait des flammes

La reine des plantes anti-inflammatoires est une plante originaire du désert du Kalahari, en Afrique.

Ses propriétés médicinales semblent avoir été découvertes par les différents peuples d’Afrique australe qui l’ont utilisée en décoction pour traiter les problèmes digestifs, les rhumatismes, l’arthrite, et pour réduire la fièvre.

Son nom est l'harpagophytum, ou « griffe du diable » [2]. Et comme son nom l'indique, elle « fait des flammes » contre l'arthrose.

Des études scientifiques ont montré qu'elle a la capacité unique de réduire le niveau de cytokines, les agents d'inflammation [3]. Une étude publiée en 2003 montre une forte réduction de la douleur et des symptômes de l’arthrose chez 75 patients traités avec de l’harpagophytum.

La douleur régresse de 25 à 45 % alors que la mobilité augmente d’autant [4]. De plus, comme les oméga-3, elle inhibe les enzymes qui digèrent le cartilage.

Ces propriétés exceptionnelles de l'harpagophytum en font l'outil incontournable de toute personne souffrant de problèmes d'arthrose.

Aussi efficace que le Vioxx, mais sans les effets indésirables

Il n'y a vraiment aucune raison de priver vos articulations douloureuses d'harpagophytum, une plante qui semble avoir été créée rien que pour elles.

Certains lecteurs se souviendront que l'industrie pharmaceutique avait inventé, au début des années 2000, des antidouleurs de nouvelle génération, les Coxib (Vioxx). Ils furent précipitamment retirés du marché quand on s'est aperçu qu'ils provoquaient des maladies cardiaques. Malgré tout, le Vioxx était vraiment efficace contre les douleurs.

Eh bien, les études ont montré que l'harpagophytum est au moins aussi efficace que les Coxib, mais avec bien moins d'effets indésirables[5] !

Une étude validée en 2007 [6] a montré que, sur 259 patients, une dose de 480 mg d'harpagophytum permettait de réduire de manière significative (24 %) les effets de l'arthrose.

Les briques de cartilage que les chondrocytes ne fabriquent plus

Une fois que vous avez stoppé l'incendie et éteint l'inflammation, vous avez gagné une bataille, mais vous n'avez pas (encore) gagné la guerre contre l'arthrose.

Tout le travail reste à faire : reconstruire votre cartilage.

Ceci est impossible si vous n'apportez pas à vos articulations les « briques » que vos chondrocytes fous ne sont plus capables de fournir.

Et vous avez encore une chance inouïe sur ce point.

Vous trouvez aujourd'hui des substances naturelles dont il est prouvé scientifiquement que, quand vous les avalez, elles se retrouvent dans le liquide synovial de vos articulations, « toutes prêtes » à pénétrer dans votre cartilage et servir à le reconstruire, et ainsi suppléer (remplacer) le travail des chondrocytes.

Ces substances naturelles sont au nombre de trois. Ce sont vos trois « armes » contre l'arthrose.

Arme n°1 contre l'arthrose : la substance naturelle qui reconstruit le cartilage endommagé

Votre arme n°1 contre les dégâts articulaires provoqués par l'arthrose s'appelle le sulfate de glucosamine.

Il se trouve naturellement dans la carapace de certains crustacés pêchés sur les plateaux océaniques.

La découverte du sulfate de glucosamine a été un choc pour la communauté scientifique mondiale. Il contribue à reconstruire le cartilage endommagé et à rendre ses qualités lubrifiantes au liquide synovial, une tâche que l'on croyait impossible jusque là.

Mais l'une après l'autre, les études ont confirmé que le sulfate de glucosamine atténue les symptômes de l'arthrose. Ses effets se font sentir après 2 à 6 semaines de traitement. À long terme également, il diminue la progression de l’arthrose.

C'est un avantage décisif par rapport aux médicaments AINS, dont on a vu qu'ils accélèrent la progression de l'arthrose. La biodisponibilité du sulfate de glucosamine dans l’intestin est de 90 %, ce qui signifie qu'il est très bien assimilé par l'organisme.

Le spécialiste de l'arthrose, le Dr Veroli, recommande dans ses livres 1500 mg par jour de sulfate de glucosamine. Selon lui, l'effet peut se faire sentir après seulement 2 semaines.

À cette dose, selon certaines études, la glucosamine peut être plus efficace que le paracétamol pour soulager les symptômes de l’arthrose, et toujours sans les effets indésirables.

Mais il est recommandé aux personnes souffrant des articulations de prendre de la glucosamine sur le long terme.

Deux études cliniques menées sur des personnes souffrant d’arthrose du genou ont montré que la prise quotidienne de 1500 mg de sulfate de glucosamine pendant 3 ans permet de bloquer la progression de la maladie [7] [8].

Il n'est donc pas étonnant que la Ligue européenne contre les rhumatismes EULAR (The European League Against Rheumatism) recommande l’utilisation du sulfate de glucosamine dans les compléments alimentaires [9].

Arme n°2 : reconstituer la matrice du cartilage et l'hydratation qui assure souplesse et flexibilité

Votre deuxième arme naturelle contre l'arthrose est le sulfate de chondroïtine.

Le sulfate de chondroïtine est un composant de la matrice du cartilage et il contribue à son hydratation, ce qui est une fonction essentielle si vous voulez que votre cartilage soit souple et élastique et qu'il permette à vos articulations de fonctionner sans douleurs.

Le sulfate de chondroïtine aurait un effet supplémentaire par rapport à la glucosamine : sa présence réduirait l'activité d'une enzyme qui détruit le cartilage, l'enzyme hyaluronidase.

Mais les recherches récentes indiquent surtout que glucosamine et sulfate de chondroïtine sont complémentaires.

Selon Jacqueline Lagacé, spécialiste québecoise d'immunologie et ancienne directrice d'un laboratoire de recherche à la faculté de médecine de l'université de Montréal :

« On estime que la prise de ces deux produits améliore l’état des arthrosiques dans environ 80 % des cas. »

Selon le site de référence passeportsante.net :

« L'association glucosamine-chondroïtine est pertinente puisque les mécanismes d'action de ces deux molécules sont différents et complémentaires. »

Selon une toute récente étude clinique internationale, l'étude « The Moves » [11], réalisée en 2014, les effets conjugués de la chondroïtine et de la glucosamine sont comparables à ceux obtenus avec des anti-inflammatoires – sans les effets indésirables.

Le Dr Veroli recommande une dose de sulfate de chondroïtine de 1200 mg par jour. Ce n'est toutefois qu'après 4 à 8 semaines de traitement que l'effet se fait sentir, soit un peu plus que la glucosamine.

Attention toutefois : la glucosamine et la chondroïtine ne conviennent pas à tous les patients.

On estime généralement qu'elles ne sont efficaces que chez environ 80 % des personnes. Donc, 1 personne sur 5 n'obtiendra pas le soulagement espéré.

Réduire la douleur de 82 %

Mais je vous ai réservé le meilleur pour la fin : votre « arme n°3 » est un produit naturel qui, dans une étude en double-aveugle (l'étalon or de la recherche scientifique), a montré une réduction de 82 % de la douleur chez les patients arthrosiques après 6 semaines.

Il s'agit du méthyl-sulfonyl-méthane (MSM).

Le MSM est un produit qui renforce votre production naturelle de sulfate de chondroïtine, de sulfate de glucosamine et d’acide hyaluronique, les substances qui donnent leur élasticité aux articulations.

Selon le site lanutrition.fr, qui fait autorité en matière de substances naturelles pour soigner :

« Grâce au soufre qu’il renferme, le MSM contribuerait à maintenir en bon état les tissus conjonctifs (tendons, derme profond, collagène, cartilage, etc.). Le soufre est crucial à l’action du glutathion, un neutralisateur de radicaux libres très puissant, nécessaire pour la formation et la restauration de la matrice cellulaire du cartilage. »

Une étude publiée en 2011 démontre l’effet du MSM dans le cas de patients souffrant d’arthrose [12].

Attention, le taux de MSM dans l'organisme baisse lui aussi fortement avec l'âge. Il est donc conseillé aux personnes âgées souffrant d'arthrose d'en prendre sous forme de complémentation nutritionnelle, d’autant qu'une étude clinique a montré que, en association à la glucosamine (dont nous avons parlé plus haut), les résultats semblent meilleurs que chaque produit pris séparément.

Des produits non toxiques qui exercent d'autres bienfaits

Comme le sulfate de glucosamine et le sulfate de chondroïtine, le MSM n'est pas toxique et ne présente pas d'incompatibilité avec les médicaments. Il doit toutefois être pris quotidiennement sur une période prolongée pour exercer tous ses bienfaits. Les effets se font ressentir dès 3 semaines environ.

Il produit en outre d'autres bienfaits au niveau de l'organisme : il diminue le niveau d'allergie en bloquant les récepteurs dans les muqueuses de façon à ce que les allergènes ne puissent plus s’y fixer. Il agit positivement sur la digestion, réduisant les problèmes de diarrhée, de constipation et d’hyperacidification.

Le MSM agit lui aussi en synergie avec le sulfate de glucosamine : lors d'un essai clinique randomisé en double aveugle, 118 patients souffrant d’arthrose ont pris soit de la glucosamine, soit du MSM, soit une combinaison de glucosamine et de MSM, soit un placebo. Après 12 semaines de traitement, les participants auxquels on avait administré les deux produits en même temps ont éprouvé la plus grande diminution de l’indice de douleur [13].

Comment se soigner sans se ruiner

Fort bien, me direz-vous, mais quel budget faut-il pour se procurer tous ces produits hyperspécialisés, qui doivent forcément être très coûteux ??

Il est vrai qu'on ne trouve malheureusement pas de sulfate de glucosamine, de sulfate de chondroïtine, ni de MSM dans les rayons des supermarchés. Ce sont des substances qui restent aujourd'hui confidentielles (en Europe) et dont la fabrication, le transport et le stockage nécessitent d'importantes précautions pour ne pas les dénaturer.

Des petits malins s'amusent à en vendre sur Internet, parfois à des prix bradés. Mais quelles garanties offrent-ils vraiment sur la qualité, l'authenticité et le caractère non frelaté des produits que vous recevrez dans votre boîte aux lettres ? Aurez-vous le courage (l'audace !) de les avaler les yeux fermés ?

Il faut de plus se souvenir que le sulfate de glucosamine est fabriqué à partir de crustacés. Les personnes allergiques aux crustacés ne doivent donc jamais prendre de glucosamine, une mise en garde qui n'est évidemment pas toujours clairement affichée.

Concernant le sulfate de chondroïtine, c'est encore pire :

Les différences de qualité entre les compléments alimentaires sont énormes. La chondroïtine pure de bonne qualité exige un procédé de production très coûteux et complexe. Alors, pour réaliser des marges substantielles, iI arrive que les fabricants ajoutent du cartilage moulu dans leur produit et le commercialisent sous le nom de « Chondroïtine ». En 2007, de nombreux fabricants néerlandais ont été montrés du doigt lors d’un test en laboratoire : 5 compléments sur 7 ne contenaient aucune chondroïtine mais étaient composés de cartilage moulu.

Quant au MSM, les qualités sont là aussi très variables et je recommande un produit obtenu par distillation et non par cristallisation. La cristallisation implique l'utilisation de solvants impurs, laissant potentiellement des sous-produits toxiques (ex : métaux lourds, ou hydrocarbures chlorés). Le MSM pur doit également être très sec avec une teneur en eau inférieure à 0,1 %. (titrage Karl Fischer méthode). Se méfier des fabricants qui affirment que leur MSM est « pur à 99,9 % », mais qui ne se réfèrent pas à des tests de pureté volatile. Ces derniers tests se font par chromatographie en phase gazeuse à haute résolution, une méthode quantitative très spécifique qui détermine la pureté volatile du MSM.

Concernant l'harpagophytum, veillez à choisir un produit à teneur garantie de 5 % d'iridoïdes totaux, la substance active contre l'inflammation. C'est la concentration qui permet de bénéficier des bienfaits de manière optimale.

Il est donc particulièrement risqué d’acheter ces produits à l'aveuglette. Je vous recommande de consacrer beaucoup de soin au choix de vos produits en boutique bio, et même de privilégier l'achat en pharmacie si vous avez une bonne pharmacie près de chez vous, ouverte aux produits naturels et dirigée par une personne vraiment compétente dans ce domaine.

Concernant l'achat sur Internet, je recommande le produit Formule Articulationsde Cell'Innov qui contient à la fois tous les composants les plus efficaces (harpagophytum, sulfate de glucosamine, sulfate de chondroïtine, MSM), sous des formes respectant les critères ci-dessus, et dans les doses exactes correspondant à leur meilleure efficacité.

Ce produit a manifestement été élaboré sur la base de la plus récente littérature médicale. Il vient d'ailleurs à peine de sortir sur le marché (octobre 2014) et très peu de personnes ont encore pu en bénéficier. Je vous le présente donc d'une certaine façon « en avant-première ».

En prenant chaque jour 4 comprimés du produit Formule Articulations de Cell'Innov, vous avez exactement 1500 mg de sulfate de glucosamine, 1200 mg de sulfate de chondroïtine, 500 mg de Méthyl-sulfonyl-méthane (MSM) et 500 mg d'extrait d'Harpagophytum titré à 5 % d’iridoïdes totaux. Cela correspond aux préconisations ci-dessus.

Les lecteurs fidèles de Santé Nature Innovation connaissent bien le laboratoire Cell'Innov que je recommande particulièrement pour les produits qu'il est nécessaire de prendre sur le long terme.

La spécialité de ce laboratoire est en effet d'offrir un service gratuit pour soutenir les personnes qui souhaitent tenir leurs « bonnes résolutions » sur le long terme, ce qui est plus efficace (je dirais même indispensable) mais aussi forcément plus difficile.

Cell'Innov vous garantit l'envoi régulier de vos produits au fur et à mesure de vos besoins afin que vous ne soyez jamais à court, mais aussi pour vous « rappeler les bonnes résolutions » que vous aviez prises vis-à-vis de vos articulations. D'expérience, cela peut faire toute la différence.

Mise en garde importante

Attention, l'efficacité de ces substances anti-arthrose n'est pas garantie à 100 %. Comme dit plus haut, certaines personnes ne réagiront pas. Et bien entendu, plus votre arthrose est avancée, plus il sera long et incertain de faire disparaître les douleurs et de retrouver votre souplesse intacte.

De plus, gardez toujours à l'esprit qu'une meilleure alimentation est le premier pilier de tout traitement. Et que la prise de compléments alimentaires anti-arthrose sera plus efficace si vous la complétez par la prise de vitamine D, d'oméga-3 et d'un bon multivitamines.

Toutefois, ces mesures font partie de l'hygiène de base quel que soit votre mode de vie et vos éventuels problèmes de santé, donc j'espère que, à ce stade, la majorité de mes lecteurs les respectent déjà et que je n'ai pas besoin de répéter ces préconisations un peu « bateau ».

Enfin, merci de penser à moi si vous décidez de suivre ce conseil aujourd'hui. Dans 6 mois environ, écrivez-moi pour me dire quels sont les effets de vos produits : au niveau de la douleur, de la souplesse, des raideurs matinales et aux changements de météo.

Ce n'est pas obligatoire évidemment. Mais je vous en serais très reconnaissant car cela m'intéresse au plus haut point d'avoir ce retour d'expérience collective, et bien sûr de savoir si j'ai pu vous aider comme je l'espère.

Vous pouvez vous procurer le produit Formule Articulations de Cell'Innov en cliquant ici.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

******************************
Publicités :

Prévention : Il y a 12 ans déjà que des lecteurs bien informés ont été sensibilisés sur les risques réels de la pilule contraceptive, 5 ans qu’ils savent le danger des médicaments anti-cholestérol (statines). Ils en connaissent aussi les alternatives naturelles, efficaces et validées scientifiquement. Découvrez vous aussi le journal de référence de la santé naturelle depuis plus de 30 ans en vous rendant ici.

Nutrithérapie : Savez-vous que le curcuma empêche les cellules cancéreuses de proliférer ? Qu'il faut l'associer à de l'huile pour l'assimiler ? Découvrez les Dossiers de Santé & Nutrition dans cette vidéo.

Secrets de jeunesse pour une vieillesse heureuse : La médecine anti-âge fait actuellement des progrès étonnants. Vous pouvez en bénéficier en suivant les conseils du Docteur Hertoghe, président de l'Association Mondiale de Médecine Anti-âge. Rendez-vous ici.

******************************

Si vous n'êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.

******************************

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Nature Innovation sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

******************************

Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici.

******************************

Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n'hésitez pas à le lui transférer par email (utilisez la fonction "transférer ce message" dans votre boîte de messagerie électronique). Pour partager cet article, vous pouvez utiliser l'un des réseaux sociaux suivants :

 

Partagez sur Twitter

Partagez sur Facebook

Partagez sur Pinterest

Partagez sur Google +

Partagez sur LinkedIn


******************************

Sources :

[1] Épidémiologie des maladies rhumatismales

[2] Degenerative diseases of the musculoskeletal system--overview of current clinical studies of Devil's Claw (Harpagophyti radix)].

[3] Fiebich BL : Inhibition of TNF-alpha synthesis in LPS-stimulated primary human monocytes by Harpagophytum extract SteiHap 69. Phytomedicine. 2001 Jan;8(1):28-30.

[4] Wegener T : Treatment of patients with arthrosis of hip or knee with an aqueous extract of Devil's Claw (Harpagophytum procumbens DC.). Phytother Res 2003, 17(10):1165-1172.

[5] Chrubasik S : A randomized double-blind pilot study comparing Doloteffin and Vioxx treatement of low back pain. Rheumatology (Oxford). 2003, 42(1) : 141-148.

[6] Effectiveness and safety of Devil's Claw tablets in patients with general rheumatic disorders. Author: Warnock M, McBean D, Suter A, Tan J, Whittaker P. Source: Phytother Res. 2007; 21(12):1228-33.

[7] Reginster JY, Deroisy R, Rovati LC, Lee RL, Lejeune E, Bruyere O, Giacovelli G, Henrotin Y, Dacre JE, Gossett C. Long-term effects of glucosamine sulphate on osteoarthritis progression: a randomised, placebo-controlled clinical trial.Lancet 2001 Jan 27;357(9252):251-6.

[8] Pavelka K, Gatterova J, Olejarova M, Machacek S, Giacovelli G, Rovati LC. Glucosamine sulfate use and delay of progression of knee osteoarthritis: a 3-year, randomized, placebo-controlled, double-blind study.Arch Intern Med 2002 Oct 14;162(18):2113-23.

[9] Zhang W, Doherty M, Leeb BF, et al. EULAR evidence-based recommendations for the diagnosis of hand osteoarthritis : Report of a task force of ESCISIT. Ann Rheum Dis 2009;68:8-17.

[10] Arthrose la chondroitine et la glucosamine sont-elles efficaces ?

[11] The Combination of Chondroitin Sulfate and Glucosamine Proves Effective for the Symptomatic Treatment of Knee Osteoarthritis

[12] Efficacy of methylsulfonylmethane supplementation on osteoarthritis of the knee: a randomized controlled study. Debbi EM1, Agar G, Fichman G, Ziv YB, Kardosh R, Halperin N, Elbaz A, Beer Y, Debi R.

[13] Meta-Analysis of the Related Nutritional Supplements Dimethyl Sulfoxide and Methylsulfonylmethane in the Treatment of Osteoarthritis of the Knee Sarah Brien,1 Phil Prescott,2 and George Lewith1, 1Department of Primary Medical Care, University of Southampton, Aldermoor Health Centre, Aldermoor Close, Southampton, Hindawi Publishing Corporation, Evidence-Based Complementary and Alternative Médicine 2009

******************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions). Pour toute question, merci d'adresser un message à contact@santenatureinnovation.com

Par Unanima - Publié dans : Protection Animale - Communauté : Nos ptites bêtes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Galgos, Podencos, adoptez-les

Accueil et Bans

logo-bleu-galgos-ethique-europe-web4match-373

GALGOS, le symbole européen
de l'indifférence et de l'impunité.


Ne rêvons plus leur vie,
offrons-leur une vie rêvée !

Soutenez notre association et sa pétition

"Le Droit de tout citoyen européen

de voir la législation européenne de protection

animaleappliquée, actualisée et

renforcée dans les Etats Membres"

icone-petition-a-signer-def-galgos-ethique-europe


BLOG UNANIMUS - PAGE D'ACCUEIL


mes bannières,
création Feegraphic

SITE UNANIMUS - BANNIERE

 

REPRODUCTION DES ARTICLES

Vous souhaitez diffuser un article, une photo,
un gif animé ? Merci d'indiquer le lien correspondant.
Vous êtes l'auteur d'un article, d'une photo et vous ne voyez
pas votre lien ou vous souhaitez le voir retirer ?
Merci de
me contacter.

Merci pour votre compréhension

 CORRIDA, VOL DE VIE, VIOL D'HUMANITE !

 

PEACE-LOGO1-300X300.jpg

 

LA VOIX DE LA TERRE ET DES ANIMAUX

FELINEFM

logo-felinefm-radio-animaliere.jpg


Recherche

Boycott

CANADA, NATURE TORTURE !
SOUTENEZ LES ACTIONS DES ASSOCIATIONS.
Plusieurs pétitions sur ce blog.
 .

Do you speak Unanimus ?






 

Liens

Recommander

Créer un Over-Blog

Profil personnel

  • Unanimus, une Âme, un Choeur pour les Animaux
  • Unanima
  • Femme
  • 16/09/1947
  • nature peinture photographie littérature famille
  • Nada ! rien de particulier... juste raz le bol des atrocités et de la lâcheté ! Basta ! L'indifférence s'appelle complicité.
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés